Un collège construit sur cinq bouteilles de Lavaux

PuidouxLe nouveau Collège du centre de Lavaux ouvrira ses portes en 2017, quelques mois après sa nouvelle salle polyvalente.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nouveau collège du centre de Lavaux ouvrira ses portes en 2017, quelques mois après sa nouvelle salle polyvalente.

Certains bâtiments sont érigés sur des cimetières indiens, d’autres sur des bouteilles de chasselas. Augurons que le clin d’œil des autorités de Puidoux, de Chexbres, de Rivaz, de Saint-Saphorin et de Bourg-en-Lavaux, qui ont enterré un cru de chaque commune lors de la pose de la première pierre du Collège intercommunal du Verney hier, sera favorable à la scolarité de leurs enfants. Dès la rentrée 2017, 400 élèves (pour la plupart des secondaires) seront réunis à Puidoux.

Les 280 élèves (9e-11e HarmoS) installés dans des Portakabin au nord du chantier observent aux premières loges l’évolution de ce gros chantier. D’abord la démolition de leur ancien collège, puis le désamiantage et le terrassement. La route qui les sépare du chantier a été mise en sens unique pour davantage de sécurité. Et Michel Bovard, directeur de l’Etablissement primaire et secondaire Centre-Lavaux, qui compte dix écoles depuis 2013 entre Aran, Cully, Grandvaux, Chexbres, Puidoux et Rivaz, a installé son bureau dans le campement provisoire, qui ne souffre pas du froid, promet-il. «Seuls les 9e feront la rentrée dans le nouveau collège, explique-t-il. Mais les 10e et 11e semblent heureux de vivre cette période particulière.

Depuis l’installation des Portakabin, nous n’avons subi aucune déprédation.» Ce gros chambardement a été décidé en 2012, lorsque le Verney a été préféré aux Ruvines (Cully) pour accueillir le collège rendu nécessaire par la nouvelle loi sur l’enseignement obligatoire (LEO). Les possibilités d’extension, plus favorables à Puidoux, avaient fait pencher la balance.

Des projets à 50 millions

Dès lors, tout a été relativement vite. Hier, on pouvait déjà observer les quelque cent piliers de béton destinés à stabiliser le bâtiment en forme d’étoile pensé par le bureau lausannois Architecture & Retail Rites. En effet, le vaste terrain du Verney doit composer avec son passé de zone marécageuse (lire encadré). Ainsi, certains piliers vont chercher la pierre à quarante mètres de profondeur. Juste à côté, le squelette de l’ancienne salle de gymnastique tient toujours debout. Il sera réutilisé pour accueillir le réfectoire (200 places), une Unité d’accueil pour écoliers (UAPE) de 100 places, et la piscine – rénovée – qui s’y trouve déjà.

Plus au sud, à côté du Tennis, un autre chantier se prépare. Les premiers coups de pioche pour la salle polyvalente de 1000 places seront donnés à la mi-janvier, pour une réalisation à fin 2016. Ces deux chantiers, le premier à 34 millions et le second à 16 millions, seront menés de concert, promettant une scolarité ultramoderne aux têtes blondes du centre de Lavaux.

Créé: 24.11.2015, 10h55

Roseaux, patates, gravats et écoliers

La plaine du Verney a une histoire riche en rebondissements. C’est le syndic de Puidoux, René Gilliéron, qui l’a rappelé lors de la pose de la première pierre du collège intercommunal lundi. «Au début, il s’agissait d’un vaste marécage de 20 hectares. Les vignerons-paysans de la région venaient y chercher des roseaux pour faire de la litière pour leurs bêtes.»

Puis la Seconde Guerre mondiale et son Plan Wahlen (1940) pour une autosuffisance agricole de la Suisse voient pousser les patates et la betterave au Verney. Le syndic, qui vit à quelques pas de là, se souvient être venu en ramasser durant ses vacances d’automne. Après la guerre, ces terres devenues arables continuent d’être cultivées.

Puis c’est l’arrivée de l’autoroute A9 (1970). La Confédération rachète les parcelles sud, où passe le tracé et où sont déversés les gravats du chantier maousse. A la même époque, le premier Collège du Verney, aujourd’hui démoli pour laisser la place au nouveau chantier, sort de terre au nord. Parallèlement, plusieurs industries et commerces s’installent en ce lieu stratégique situé à deux pas de l’entrée autoroutière.

René Gilliéron commente ainsi la métamorphose rapide de cette plaine marécageuse: «Trois verbes essentiels résument l’histoire du Verney: nourrir, communiquer, instruire.»

Articles en relation

Le collège de la Coulaz se précise à Payerne

Broye Deux bâtiments de huit classes chacun devraient voir le jour au bord de la Broye, dans le quartier de la Coulaz, d’ici à 2019. Plus...

Aigle doit réhabiliter et agrandir ses collèges

Travaux La Ville demande un crédit de 24,3 millions de francs pour rénover les bâtiment scolaires du collège des Dents-du-Midi, la salle de gym de la Planchette et le pavillon 54. Plus...

Le Muids connaît les contours de son futur collège

Enseignement Les autorités ont présenté mardi soir le visage de l’établissement appelé à accueillir 14 classes au plus tôt à la rentrée 2018 Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.