Passer au contenu principal

Une comédie musicale sur La Sallaz

Les riverains montent sur les planches ce samedi 25 janvier et invitent à une balade musicale dans leur quartier.

L'association de quarter L'Escale des Voisins est à l'origine du spectacle sur La Sallaz donné samedi.

Du quartier de la Sallaz, les «Lausannois du bas» connaissent le bâtiment de la Radio Télévision Suisse (RTS), le café de La Rotonde, la place toute de béton recouverte et la station de métro du même nom. Guère plus. «La Sallaz, tout le monde descend», c’est justement le titre d’un spectacle qui sera donné ce samedi 25 janvier à la grande salle de Vennes à 18h. Une comédie musicale voulue par les riverains comme un voyage dans leur quotidien.

«Le spectacle parle de notre vie de tous les jours. Une véritable balade en chansons à la Sallaz»

C’est l’association intergénérationnelle L’Escale des Voisins qui est à l’origine du projet. Il mûrit dans la tête de Zohrat Breguet, l’une de ses fondatrices, depuis plus d’une année. «Ce projet, c’était de la folie, mais j’y croyais et nous y sommes arrivés», se réjouit la cheville ouvrière du spectacle. Son but était d’impliquer les riverains, mais aussi tous les acteurs du quartier. La fleuriste a donné du sien. Le confiseur ou le contrôleur des TL aussi. «Cela parle de leur vie de tous les jours. Une véritable balade en chansons.»

L’histoire de «La Sallaz, tout le monde descend» a été écrite par les Voisins. Pour la musique, la formation de violonistes Cordes Ensemble, le chœur de la RTS et les musiciens du 117, un groupe de policiers lausannois, assurent la partie. Tout comme Les voix du quartier de la Sallaz.

«Avant, l’ambiance était villageoise»

Christine Martin est l’une des choristes locales. C’est aussi l’historienne du cru. Elle parle de la Sallaz du temps des Bernois comme si elle l’avait vécu. «On mettait deux jours à l’époque pour aller de Saint-François à Berne, en passant par la Sallaz. Il y avait deux auberges, une forge où l’on ferrait les chevaux de la calèche, une boulangerie et deux fermes.» On ne l’arrête plus.

Et aujourd’hui? «Depuis que la nouvelle place a été construite, tout a explosé. Avant, l’ambiance était villageoise. Désormais, on repart de zéro», se désole Christine Martin. C’est d’ailleurs l’un des buts de l’association de quartier. Renouer des liens, en renforcer d’autres pour insuffler une nouvelle vie au travers d’activités variées comme des repas, des voyages, des jeux. Et cette comédie musicale.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.