Passer au contenu principal

Des commerces se réinventent pour survivre

Fortement impactés par la pandémie du nouveau coronavirus, des établissements essaient de faire face tout en respectant les consignes des autorités.

Dany et Alexandre, le patron du Loft à Pully, posent dans le restaurant transformé en épicerie fine.
Dany et Alexandre, le patron du Loft à Pully, posent dans le restaurant transformé en épicerie fine.
Odile Meylan

La pandémie du nouveau coronavirus affecte tous les pans de l’économie. Et les commerçants «non essentiels aux besoins de la population» qui ont dû fermer boutique tentent de faire face. Dans la restauration, de nombreux établissements vaudois se sont mis à faire de la vente à l’emporter pour maintenir un semblant de lien avec les habitués et pour limiter la casse. C’est le cas du MGM Café et du Tirol à Lausanne, du Bœuf Rouge à Crassier ou encore de l’Étrier à La Tour-de-Peilz. Les exemples ne manquent pas et la liste n’est pas exhaustive. Si certains proposent aussi des livraisons à domicile, d’autres vont encore plus loin, à l’instar du restaurant La Jessicote, dans la zone industrielle La Palaz, à Payerne, qui a mis sur pied un véritable drive-in.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.