Au Comptoir, les enfants adorent jouer aux militaires

Comptoir suisseAvec ses chars et son mini-parcours du combattant, le stand de la Brigade blindée 1 ravi les gosses, mais pas tous les parents.

La vision de leur enfant enfilant une veste militaire sur le stand de la Brigade blindée 1 (halle 35) pour effectuer un mini-parcours du combattant fait réagir différemment chaque parent

La vision de leur enfant enfilant une veste militaire sur le stand de la Brigade blindée 1 (halle 35) pour effectuer un mini-parcours du combattant fait réagir différemment chaque parent Image: JB SIEBER - ARC

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Grimper sur un char d’assaut, se promener virtuellement dans un atelier ou faire un parcours du combattant, les enfants adorent. Mais les activités proposées au Comptoir Suisse par la Brigade blindée 1 suscitent toute la palette des réactions chez leurs parents.

«J’ai interdit à ma fille d’aller faire le parcours, je ne voulais pas la voir avec une veste militaire», se justifie le papa de Yaëlle, qui a pourtant répondu à toutes ses obligations militaires. «L’armée ne fait pas partie de ma religion», explique-t-il avec ironie. Croisées dans les jardins de Beaulieu, deux mamans avouent être soulagées que leurs bambins ne demandent pas à escalader les chars disposés juste devant elles. «Je ne me sens pas très à l’aise avec tous ces militaires, explique la première. Ah, ils sont invités d’honneur? Alors OK, mais pas chaque année, hein?»

L'enthousiasme des papas
A contrario, au cœur de la halle 35, plusieurs papas ne cachent pas leur enthousiasme. «Il est super, ce stand. En plus, ils ont pensé à mettre les armes à l’écart, dans un coin», fait remarquer le papa d’Esteban. «Du moment que les enfants ont du plaisir, ça ne me dérange pas, explique celui de Tyler. Et de toute façon, les parents savent que dans ce genre de situation, c’est les enfants qui décident.»

Commandant de la brigade chargée de présenter ses activités, Yvan Langel confirme le succès du stand auprès du public en général et des enfants en particulier. «Nous en sommes agréablement surpris, même si nous observons le pouvoir de fascination des blindés à chaque journée des parents.» Et à chaque recrutement, puisque la totalité des hommes faisant leur service dans les chars sont des volontaires. Un pouvoir d’attraction que l’on pourrait donc comparer à celui qu’exercent les moissonneuses-batteuses ou les pelles mécaniques.

Le brigadier se défend toutefois de cibler le public des enfants en particulier: «Ce serait stupide. J’explique plutôt ce succès par le côté spectaculaire de nos véhicules. Ainsi que par l’absence de préjugés des enfants, qui, en plus, ne voient pas la finalité de ces engins.»

Reprendre contact
«Ces véhicules leur rappellent ceux qu’ils voient à la télévision ou dans les jeux vidéo», complète le major Christian Chenaux, responsable de la communication de la brigade. «Mais le but de notre présence est de reprendre contact avec l’ensemble de la population, enfants compris. Car autrefois, ils pouvaient se construire une première image du monde militaire par la présence de l’armée dans les villages ou lorsque leur père partait faire ses cours de répétitions. Mais avec la réduction des effectifs et l’abaissement de l’âge de la libération des obligations militaires, cela devient de plus en plus rare.» Tout comme la distribution de chocolats et de biscuits. Les enfants sont donc d’autant plus contents d’en recevoir à l’issue de leur miniparcours du combattant.

Créé: 18.09.2015, 18h20

Conférences

A la halle 35

Samedi 10h: «Le renseignement militaire en Suisse et à l’étranger»

Samedi 14h: «Etat des conflits dans le monde».

Dimanche 10h: «Sécurité et conflits actuels: les menaces et tendances».

Insolite

Un «rond à quatre angles»

La présence de la Brigade blindée 1 au Comptoir Suisse
a inspiré les deux Vincent (Kucholl et Veillon), qui l’ont copieusement brocardée samedi passé dans leur émission télévisée 26 minutes. Légèrement emprunté au moment de devoir expliquer à quoi servait le stand, le lt col Karl-Heinz Inäbnit a dévié en touche en présentant les bricolages que l’on peut faire avec les élastiques de jambes et en particulier un hilarant «rond à quatre angles». La moquerie, bien documentée, n’a pas fâché les véritables gradés. Au contraire: dès lundi, la séquence tournait en boucle sur un téléviseur installé sur le stand de la brigade. Et quelques heures plus tard, une pancarte «atelier élastique de jambe» est apparue dans les jardins de Beaulieu, avec des soldats s’amusant à reproduire la très complexe figure géométrique inventée par le lt col Kucholl.



Extrait du 26 minutes du 21 février 2015

Articles en relation

«India», la vache championne du renouveau au Comptoir

Comptoir Le concours bovin de ce mercredi au Comptoir a marqué la fin d’une interruption de dix ans. Plus...

Les jours des caves du Comptoir sont comptés

Lausanne Plusieurs raisons ont accéléré une décision inéluctable. Le Comptoir travaille sur un nouveau concept. Plus...

Premier week-end folklorique au Comptoir

Lausanne Joueurs de cor des Alpes, yodleurs et lanceurs de drapeaux se produiront ce samedi et ce dimanche au Palais de Beaulieu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.