Un Comptoir Helvétique «déçu en bien»

LausanneAvec 40'000 entrées, la foire qui succède au Comptoir Suisse aura un avenir. Mais il reste du pain sur la planche.

Les animaux sont toujours présents au Comptoir, pour le bonheur des enfants.

Les animaux sont toujours présents au Comptoir, pour le bonheur des enfants. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pari gagné, ou presque. Au moment de fermer les portes du Comptoir Helvétique 001, cette foire généraliste qui tente de prendre la succession de feu le Comptoir Suisse, David Chassot tire un bilan encourageant. «Quarante mille visiteurs, c’est un peu moins que ce qu’on espérait, mais c’est la preuve d’un potentiel. On ne sera pas loin de l’équilibre financier, ce qui n’est pas mal pour une année d’investissement.»


Lire l'édito: Le verre à moitié plein du Comptoir Helvétique


Pour illustrer son sentiment, celui des deux frères qui fonctionne comme directeur opérationnel de la foire utilise l’image d’un accouchement: «À cet instant, nous sommes crevés, mais heureux d’avoir un bébé. Il va donc maintenant falloir s’en occuper et bien le nourrir pour le faire grandir.» Et de donner rendez-vous aux visiteurs l’an prochain à Forum Fribourg (du 13 au 22 novembre), puis de nouveau à Lausanne en 2021.

Commentaires virulents

Ce constat ne veut pas dire que tout a été rose, loin de là. Mais les commentaires virulents laissés par quelques visiteurs sur la page Facebook de la foire ne déstabilisent pas David Chassot. «Nous avons décidé de les laisser, car sur le fond, ils étaient justifiés, notamment par rapport à la taille de la manifestation. Les gens ont le droit d’être sévères, même si on sait que ceux qui sont indulgents s’expriment beaucoup moins sur les réseaux sociaux…»

David Chassot reconnaît aussi bien volontiers quelques erreurs de jeunesse, par exemple au niveau des horaires d’ouverture ou du manque de décoration et d’activités devant les halles Nord et à l’entrée. Il reconnaît aussi avoir échoué à faire venir les visiteurs, et en particulier les Lausannois, en soirée. «C’est un aspect sur lequel on devra impérativement travailler.» Par contre, il se défend d’avoir trop limité la publicité. «Nous avons fait le choix d’en faire dans six cantons romands et y avons consacré environ un cinquième de notre budget, soit environ 200'000 francs. Le but était de sortir la foire de son côté valdo-lausannois et de préparer déjà la prochaine édition à Fribourg.»

Exposants solidaires

Un tour auprès des exposants confirme la plupart des failles identifiées par les organisateurs, mais aussi une volonté claire de poursuivre l’expérience. «Un projet comme celui-ci ne peut se juger sur une seule édition», rappelle Marie Bitterlin, responsable sur le stand de vin Weinfels, qui n’a jamais participé au Comptoir Suisse. «On est contents d’avoir mis un pied dedans et confiants pour l’avenir», assure sa voisine du stand Varone Vins, Laetitia Henin, en invitant les Vaudois à venir à la Foire du Valais, qui débutera vendredi. Même son de cloche du côté du concours de dégustation Jean-Louis: «On a fait la moitié de dégustations par rapport à l’an passé, mais l’important était d’être présents et de retrouver nos habitués», expliquent Caroline Sale Decrausaz et Christophe Pache, qui ont repris l’organisation du concours cette année.

Certains exposants affichent même carrément un sourire. «Avec notre dispositif réduit, notre présence a été plus rentable que l’an passé», se réjouit ainsi une des responsables du stand Just. «Comme je l’avais imaginé, le fait qu’il y ait peu de stands et peu de visiteurs nous a permis de bien pouvoir présenter nos produits. Nous avons très bien travaillé», assure Désiré Disilvestro, responsable régionale pour la marque d’aspirateurs Vorwerk Kobold.

«Je rêve de voir les Jeunesses vaudoises prendre l’habitude d’aller à Fribourg une année sur deux et réciproquement»

Des retours qui encouragent évidemment David Chassot. «Mais cela nous met aussi la pression: les gens ne seront pas indulgents deux années de suite. La différence, c’est que pour la prochaine édition, on aura le temps nécessaire. Parce que cette année, c’était vraiment fou.» Pour les organisateurs, le prochain challenge sera d’arriver à faire déplacer les Lausannois à Fribourg. «Je rêve de voir les Jeunesses vaudoises prendre l’habitude d’aller à Fribourg une année sur deux et réciproquement.»

Créé: 22.09.2019, 18h38

Articles en relation

Comment l’histoire du Comptoir raconte le siècle

Histoire d'ici - 1919 Une exposition conçue par deux historiennes est à découvrir à Lausanne. Le public est invité à témoigner. Plus...

Le Comptoir Helvétique plaît à Lausanne

Le syndic Grégoire Junod a salué une nouvelle foire conforme à ses visions. Plus...

100 exposants relèvent le défi à Beaulieu

Comptoir Helvétique La foire qui succède à feu le Comptoir Suisse ouvre ses portes ce vendredi. Coup de sonde auprès des exposants à J – 1. Plus...

Le Comptoir Helvétique veut se doper à la FeVi

Lausanne Les participants seront invités le dernier week-end tandis que le mardi sera gratuit pour tout le monde Plus...

«Nous passons pour les sauveurs du Comptoir, c’est motivant»

Beaulieu Lausanne À un mois du coup d’envoi du Comptoir Helvétique 001, son directeur David Chassot fait le point Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.