Tous condamnés pour le toit écroulé

ProcèsDeux frères actifs dans le bâtiment sont condamnés à la suite d’un grave accident de chantier. Le propriétaire l’est plus sévèrement encore.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lorsque le toit du corps d’une ferme en rénovation s’est écroulé en novembre 2015 à Vuarrens, cela n’a étonné que ceux qui géraient le chantier. Le voisinage avait vu venir la catastrophe, s’alarmant chaque jour davantage devant la bâtisse démolie pan par pan au marteau-piqueur, avec de minces étais et des courroies de type «SpanSet» attachées artisanalement pour supporter la toiture.

Trois hommes ont été poursuivis à la suite de cet effondrement qui, par miracle, n’a coûté la vie de personne. Les ouvriers s’étaient momentanément absentés du chantier. Deux frères kosovars étaient sur le banc des accusés la semaine dernière. Respectivement patron et chargé d’affaires de la société de construction, ils viennent d’être condamnés, pour écroulement, par le Tribunal de police du Nord vaudois à 210 jours-amendes, l’un sans sursis (en raison d’antécédents sans rapport avec ce cas) et l’autre avec un délai d’épreuve de 3 ans. À peine moins que ce qu’avait requis le procureur Éric Mermoud.

Mais c’est le propriétaire du bâtiment qui a été le plus lourdement condamné. 300 jours-amendes à 120 francs, pour cet Italien à la retraite qui portait la double casquette de plaignant et de prévenu. Une amende de 8000 francs sanctionnera aussi sa faute. La responsabilité de cet homme est apparue d’autant plus lourde qu’il est peintre en bâtiment de profession et a prospéré dans l’immobilier. Son expérience aurait dû lui permettre de savoir qu’il faut prendre quelques précautions lorsque l’on démembre un bâtiment.

Plus qu’aux exécutants qu’il avait mandatés, il lui incombait d’assurer la sécurité du chantier. Le fait qu’il n’ait pas pris la peine d’engager d’ingénieur pour établir les étapes de la démolition a joué un rôle décisif dans l’effondrement de ces 30 tonnes de tuiles. Son unique intention, selon le Ministère public, était de raboter les coûts du chantier, dont il avait âprement négocié le budget.

Créé: 07.11.2019, 21h22

Articles en relation

Un incendie touche une ferme de Vuarrens

Fait divers Un sinistre a touché un rural, samedi en milieu de journée. Plus...

Le toit s’écroule pendant les travaux: à qui la faute?

Procès Trente tonnes de tuiles s’étaient effondrées au cours d’un chantier en 2015 à Vuarrens. Le propriétaire et deux frères chargés du travail se renvoient le tort. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.