Olivier Français, la victoire que la droite n’osait espérer

Conseil des Etats, 2e tourLe candidat PLR éjecte le Vert Luc Recordon du Conseil des Etats. Il siégera aux côtés de la socialiste Géraldine Savary, arrivée première. Récit d’une folle journée politique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après huit ans de disette, la droite vaudoise reconquiert un siège au Conseil des Etats. DImanche, le PLR Olivier Français (78 068 voix) a été élu derrière la socialiste Géraldine Savary (81 469). Le sortant Vert Luc Recordon (74 972) reste sur le carreau. Le taux de participation s’élève à 37%, soit deux points de plus qu’en 2011.

Pour la troisième élection consécutive aux Etats, Géraldine Savary sort en tête. Mais l’exploit du jour revient au candidat PLR, qui réussit à arracher un siège à la Chambre des cantons, devenue un bastion de la gauche vaudoise ces deux dernières législatures. Dans l’attente des résultats, Olivier Français a commencé sa journée électorale par un petit saut aux championnats suisses de course d’orientation, à Froideville, en matinée. Mais dès le début de l’après-midi, les urnes lui ont indiqué assez clairement la direction de la Chambre haute, à Berne. Parti largement en tête lorsque rentraient les résultats des communes de l’arrière-pays, le municipal et conseiller national lausannois a tenu bon, terminant la course avec plus de 3000 suffrages d’avance sur son concurrent direct Luc Recordon.

Les réactions des candidats

«Je ne vous montre pas mon émotion, mais il y a une forte tension», indiquait Olivier Français juste avant de connaître les résultats. Mais une fois sa victoire assurée, le nouvel élu n’a pas pu contenir ses larmes. Le bonhomme est connu pour être à fleur de peau. En 2000, lorsqu’il avait décroché un siège à la Municipalité de Lausanne, déjà aux dépens de la gauche, il avait aussi craqué.

Durant quinze ans à la Direction des travaux lausannois, ce spécialiste des questions d’infrastructures a pu démontrer qu’il savait collaborer avec la gauche. «Je pense que les Vaudois n’auraient pas élu une personne incapable de travailler avec Géraldine Savary», analyse la conseillère d’Etat socialiste Nuria Gorrite.

L’intéressée, un rien crispée, a d’ailleurs tendu la main à son adversaire et désormais partenaire à la Chambre des cantons: «En tant qu’ancienne, je souhaite la bienvenue au Conseil des Etats à Olivier Français, a assuré Géraldine Savary. Malgré nos différences, je suis convaincue que nous pourrons travailler ensemble. Nous avons d’ailleurs beaucoup de dossiers à aborder, comme celui de la RIE III (ndlr: réforme de l’imposition des entreprises), de FORTA (ndlr: fonds pour les infrastructures routières) ou de la réforme de la prévoyance vieillesse. Nous allons défendre ensemble la population vaudoise.»

«Il faut savoir perdre»

Vaincu du jour, le sortant Vert Luc Recordon quitte la Berne fédérale après une législature au Conseil national et deux aux Etats. «J’ai souvent gagné, note-t-il. Mais parfois il faut savoir perdre et se retirer.» L’écologiste souligne qu’il n’a pas eu moins de suffrages qu’en 2011. «Simplement, il y a eu un très bon report des voix UDC sur la candidature PLR, observe Luc Recordon. Je ne vois pas ce que j’aurais pu faire de mieux durant cette campagne.»

Luc Recordon se retire de la politique fédérale

Le pari n’était pas gagné d’avance pour Olivier Français. Les conseillers d’Etat Pascal Broulis puis Jacqueline de Quattro n’ont pas souhaité relever le défi, alors que le parti les avait clairement sollicités. Olivier Français est devenu un candidat par défaut. Mais le Lausannois a su capitaliser sur son bilan de municipal et sur la dynamique électorale du PLR sorti vainqueur des urnes au Conseil national le 18 octobre dernier. «La droite transforme son essai des élections au National, reconnaît Stéphane Montangero, président du PSV. Olivier Français est élu avec les voix de l’UDC. Il lui sera redevable.»

En face, on insiste sur l’importance de reconquérir un des deux sièges au Conseil des Etats monopolisés par la gauche depuis huit ans. «C’est un rééquilibrage attendu depuis de nombreuses années, estime le ministre PLR des Finances vaudoises, Pascal Broulis. Nous sommes trois socialistes et trois PLR au Conseil d’Etat: il est juste d’avoir le même équilibre au Conseil des Etats.» «Il s’agit d’un vote populaire, le canton s’est exprimé, renchérit Frédéric Borloz, président du PLR vaudois. C’est la personnalité d’Olivier Français qui a fait la différence, l’homme s’est mis en avant durant la campagne.»

Frédéric Borloz, Président PLR VD, y croit depuis le début de l'après-midi

Pierre-Yves Maillard, président socialiste du Conseil d’Etat, fait une analyse un peu plus prosaïque: «La droite est partie avec une candidature unique, voilà tout, constate-t-il. Il y a de quoi réfléchir pour les prochaines échéances électorales.» Elles vont arriver relativement vite: les communales fin février 2016, et les cantonales au printemps 2017. Une grande inconnue persiste: dans quelle configuration va se présenter la droite à ces scrutins. Unie avec l’UDC?

Nouvelle dynamique à droite?

Olivier Français n’a pas caché que l’une des grandes forces de ce second tour était «d’avoir réussi à rassembler toutes les forces de droite». «C’est une grosse étape pour le PLR, a-t-il aussi déclaré. Nous sommes maintenant prêts pour attaquer les communales.» Claude-Alain Voiblet, député UDC et vice-président du parti suisse, avait appelé à titre personnel à voter Français. Contacté en soirée, l’élu estime que la victoire d’Olivier Français pourrait être un «élément déclencheur» d’une nouvelle dynamique. «Pour les communales, j’espère que nous serons ambitieux à droite, poursuit-il. Cela passe par une réflexion commune. Mais, pour cela, il faut être deux. Les deux partis devront faire des concessions pour devenir un adversaire crédible de la gauche.»

Créé: 08.11.2015, 22h25

Les résultats des éléctions au Conseil des Etats

Stamm PS-Verts: la tension extrême fait place à un sentiment de grand deuil

Au siège du Parti socialiste lausannois, à la Maison du Peuple, Martial de Montmollin, président des Verts vaudois, Stéphane Montangero, président des socialistes vaudois, et Julien Rilliet, responsable de la campagne Savary-Recordon, suivent l’arrivée progressive des résultats. Dans le petit bureau où chacun a les yeux rivés sur la carte rouge-bleu-vert du canton, la tension est à son apogée. C’est que, vers midi, alors que les résultats des petites communes sont déjà tombés, la carte est très bleue. «C’est très serré, on préfère rester en petit comité», nous explique-t-on, en refermant la porte. Les journalistes sont en revanche les bienvenus au stamm «officiel» du PS et des Verts, au bar The Great Escape. Le temps d’y arriver, la carte a encore gagné des cases bleues. «On attend Lausanne!» disent en chœur Rebecca Ruiz et Ada Marra, qui veulent encore y croire. Autour de la table, on a aussi un œil sur le duel fribourgeois Levrat (PS)-Rime (UDC) et sur la réélection pas encore gagnée de Robert Cramer (Verts) à Genève. Et puis l’évidence fait son chemin: l’écart est «méchant», Lausanne n’y changera rien, Luc Recordon ne sera pas réélu. «Par mauvais temps, les Verts passent derrière», commente Tinetta Maystre, abattue. Pendant que d’autres, consternés, réalisent le «retour de Fathi» au National. C’est aussi celui de Jean Christophe Schwaab, qui ne cache toutefois pas sa déception: «J’entends d’ici les bouchons sauter au PLR. Le travail effectué par Luc Recordon aux Etats est mal récompensé.» Ada Marra espère, quant à elle, qu’Olivier Français «aura conscience que les Etats, ce n’est pas le National. Il faudra voir comment il se comporte.» Jean-Yves Pidoux se veut rassurant: il collabore «avec facilité» avec Olivier Français à la Municipalité de Lausanne. Il estime que l’effort de collaboration sera conjoint: «Ils devront tous les deux apprendre à travailler ensemble.» Alors que Géraldine Savary et Luc Recordon se font attendre, Olivier Français et son équipe passent devant le stamm du PS et des Verts, situé entre celui du PLR et le Château. Le défilé de Men in Black provoque le courroux de militantes Vertes. «Où sont les femmes!» huent ces dernières. Les candidats rose-vert emboîtent le pas à la procession PLR. Luc Recordon affiche le sourire du bon perdant. «Les vents étaient contraires!» s’exclame-t-il, les bras levés. Dans son sillage, Géraldine Savary et Adèle Thorens – dont on ne connaît pas encore l’avenir politique à cet instant – ont les yeux rougis. «On a bien fonctionné ensemble», regrette déjà Géraldine Savary. Danièle Savary, mère de la conseillère aux Etats, confirme. «Ils ont fait un très bon travail pendant huit ans. Alors, aujourd’hui, je n’arrive pas à me réjouir complètement…» A 15 h, les deux sortants improvisent une conférence de presse durant laquelle on apprendra la décision de Luc Recordon de mettre fin à son mandat fédéral. Un geste qui contribue encore un peu à consolider la voûte de la cathédrale qu’on lui dresse sur cette terrasse ensoleillée, où les applaudissements nourris côtoient l’émotion qu’on ressent à la perte d’un être cher. Cécile Collet

Articles en relation

«Le défi était comparable à l’ascension d’une montagne»

Élections fédérales Olivier Français a été élu au Conseil des Etats. Il revient sur la campagne et sur l'émotion ressentie en ce dimanche 8 novembre. Interview Plus...

Derrière la réelle surprise se cache une certaine logique

Éditorial Plus...

Le geste de Luc Recordon

Élections fédérales L'écologiste laisse sa place à Adèle Thorens au Conseil National, assurant une représentation mixte des Verts vaudois à Berne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...