Des contradicteurs face au projet de parc du Jorat

Réserve naturelleL’association «Parque pas mon Jorat» veut faire office de contrepoids au discours officiel.

Les bois du Jorat constituent un havre de nature mais aussi un lieu de détente fort prisé des humains.

Les bois du Jorat constituent un havre de nature mais aussi un lieu de détente fort prisé des humains. Image: DOMINIC FAVRE - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le projet de parc naturel périurbain du Jorat a désormais une opposition officielle. Une petite dizaine de personnes a fondé début décembre l’association Parque pas mon Jorat. Et une première soirée de présentation sera organisée le mardi 30 janvier prochain, à 20h à la grande salle de Froideville, avec le but clair de recruter des membres.

«Nous sommes tous des représentants d’utilisateurs des forêts du Jorat: marcheurs, cavaliers, cyclistes ou skieurs», explique André Jordan, l’ancien syndic de Carrouge, qui a accepté de prendre la présidence de cette nouvelle structure. Pour expliquer le but de celle-ci, il paraphrase les statuts de l’association Jorat, une terre à vivre au quotidien, qui mène le projet. «Nous aussi nous voulons représenter et défendre les intérêts des communes et des propriétaires joratois, ainsi que promouvoir et soutenir des projets de développement durable. Par contre, nous estimons qu’il n’y a pas besoin d’un projet de parc pour y parvenir.» Selon André Jordan, la création de l’association permettra aussi de récolter des fonds pour faire contrepoids au discours officiel.

Communication à enrichir
Cette sortie au grand jour d’opposants n’inquiète pas Anne Marion Freiss, la présidente de l’association chargée de conduire le projet de parc. «Grâce à eux, nous aurons désormais des interlocuteurs qui nous poseront des questions précises et nous forceront à apporter des réponses.»

Celle qui est aussi préfète de l’Ouest lausannois en profite pour déjà recadrer le débat. Elle répond notamment à des accusations de flou et de réponses imprécises parues dans un récent article du journal Le Courrier. «Évidemment que le projet ne peut pas être précis, puisque nous sommes dans une phase de démarche participative. Nous demandons donc qu’on accorde à l’équipe en place le temps nécessaire pour définir des projets concrets et expliquer pourquoi ils seront bénéfiques à l’ensemble de la région.»

Créé: 04.01.2018, 19h58

Articles en relation

Contours exacts arrêtés pour le projet de parc naturel

Jorat Huit communes et le Canton mettraient à disposition 4,4 km2 de forêts. Plus...

Le Parc naturel du Jorat à la rencontre des citoyens

Ropraz Des ateliers participatifs permettent à la population de s’exprimer sur le projet. Plus...

Le Parc périurbain du Jorat a deux ans pour convaincre

Forêt Faire de 440 hectares de forêt une réserve intégrale suscite l’inquiétude de plusieurs élus et de la filière bois. Un gros travail de persuasion est encore à mener pour concrétiser le projet. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.