Coup de pression sur l'action sociale de l'Ouest

Ouest lausannoisAbsentéisme, maladies et tensions ont affecté pendant des mois le Centre social régional. Face à des tâches de plus en plus exigeantes, les effectifs seront renforcés.

Chargé entre autres de distribuer le revenu d'insertion, le Centre social régional de l'Ouest lausannois a été sous pression pendant plusieurs mois

Chargé entre autres de distribuer le revenu d'insertion, le Centre social régional de l'Ouest lausannois a été sous pression pendant plusieurs mois Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On l’entendait depuis des mois dans les conseils communaux de l’Ouest lausannois, sans y voir clair. Entre absentéisme et tensions, il était question de sérieux problèmes de personnel au sein de l’ARASOL (Association régionale pour l’action sociale dans l’Ouest lausannois), l’institution chargée de donner un appui social et de verser le revenu d’insertion (RI) dans le district.

Le dernier Conseil communal de Renens, jeudi passé, a été l’occasion de faire le point. «Les absences répétées seraient bien liées à des difficultés organisationnelles, explique le rapport de l’élu Stéphane Montabert, membre de la Commission intercommunale de l’ARASOL, lu à la tribune. Outre les conflits entre individus, le personnel relève les difficultés liées aux changements continuels dans les normes de l’assurance sociale, ainsi que l’accueil de la population aidée, qualifiée de difficile.»

Effectifs décimés

Directeur de l’ARASOL, Olivier Guex confirme quant à lui qu’au cours des premiers mois de l’année, l’équipe du Centre social régional (CSR), qui traite les dossiers RI, a dû composer avec cinq absences au total, entre problèmes chirurgicaux, maladies et congé maternité: «Il n’y a pas eu de problème au niveau des assistants sociaux. Par contre, l’équipe administrative, qui compte 20 personnes, a été décimée.»

Pour le responsable, on ne peut pas parler de cas de burn-out, mais l’ARASOL a connu des moments difficiles, particulièrement au moment des vacances d’été. «La masse de travail n’a pas diminué et nous devions continuer d’offrir nos services en s’assurant qu’aucun de nos bénéficiaires ne soit lésé.» Olivier Guex se refuse à parler d’un problème de sous-effectif et assure que les absences ont été depuis comblées. Il n’en confirme pas moins que deux postes administratifs supplémentaires sont inscrits au budget de l’an prochain et ajoute que l’équipe dirigeante sera elle aussi renforcée avec un poste de cadre, grâce à une augmentation de l’enveloppe financière accordée par le Canton à tous les CSR vaudois.

Plus de besoins

La population de l’Ouest lausannois est-elle particulièrement difficile, comme cela a été entendu lors du dernier Conseil communal de Renens? Olivier Guex préfère parler de besoins plus importants: «Il y a une difficulté supplémentaire à apporter notre aide au vu des spécificités de la population de la région. Certaines personnes d’origine étrangère nécessitent de passer par un traducteur. D’autres peuvent avoir besoin d’explications de base, que ce soit sur l’assurance-maladie ou sur les documents nécessaires pour constituer un dossier RI. Cela peut rendre les démarches très lourdes.» Faudrait-il en tenir compte davantage dans la dotation que reçoivent certains CSR? «Intuitivement, on peut se dire que le bénéficiaire moyen dans l’Ouest lausannois n’a pas les mêmes besoins que celui d’Echallens. Ce sont des questions qui sont évoquées», glisse Olivier Guex.

«Il y a une difficulté supplémentaire à apporter notre aide au vu des spécificités de la population de la région»

Métiers pointus

L’Ouest lausannois n’est toutefois pas la seule région où des tensions se font sentir. «Nous avons eu des rencontres avec les CSR du canton qui nous ont fait part de leur difficulté à verser le revenu d’insertion», explique Françoise Jaques, cheffe du Service de prévoyance et d’aide sociales à l’Etat de Vaud, qui estime toutefois que le problème ne se situe pas au niveau des moyens mis à disposition. «Le dispositif de financement actuel est adapté tous les trois mois en fonction du nombre de dossiers traités par chaque CSR.» Si la charge de travail augmente, ou qu’un employé doit être remplacé, il reste toutefois difficile pour les CSR de recruter du personnel qui soit opérationnel immédiatement.

Les dossiers dont s’occupent les employés du CSR demandent des compétences très pointues. Pourtant, leur tâche ne devient pas plus simple avec les réformes décidées au niveau cantonal. «Les normes de l’action sociale n’ont pas beaucoup évolué, mais il y a de nouveaux projets, comme celui d’orienter davantage les jeunes vers la formation. Cela demande au personnel de s’adapter à de nouveaux processus de travail, relève Françoise Jaques. Nous travaillons actuellement à une simplification pour leur alléger la tâche.» (24 heures)

Créé: 13.10.2017, 07h55

Le travail social se plie aux réformes

Deux réformes récentes ont eu un impact sur le travail des Centres sociaux régionaux, comme celui rattaché à
l’ARASOL.

Le Canton a d’abord introduit un programme incitant les 18-25 ans à demander une bourse en vue de suivre une formation, et ainsi à sortir du revenu d’insertion (RI). Le RI est en effet accordé aux personnes qui ne sont pas en formation, ce qui n’incite pas les jeunes à se former. La loi sur l’aide sociale vaudoise a été révisée de manière à sanctionner financièrement ceux qui ne saisiraient pas l’opportunité.

La migration de ces jeunes du régime du RI à celui des bourses s’est déroulée ces derniers mois occasionnant une charge supplémentaire pour les CSR. Une autre réforme récente impose désormais aux parents de s’impliquer dans les démarches de demande d’assistance des jeunes en difficulté. Pour les CSR, cela a pour effet de rajouter un interlocuteur dans des démarches souvent très complexes à encadrer.

Articles en relation

La chasse aux abus met le social sous pression

Revenu d'insertion Efficience accrue et chasse aux fraudeurs durcissent fortement le quotidien des travailleurs chargés de distribuer l’aide sociale. Par ricochet, les bénéficiaires trinquent. Plus...

L'Etat insiste pour que les jeunes sortent du Revenu d'insertion

Social Le régime des bourses sera élargi à davantage de monde pour inciter les jeunes à l’aide sociale à en sortir au plus vite. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...