Passer au contenu principal

Des coupes de bois pour refaire le lit de la Vuachère

Le grand nettoyage du lit de la rivière, obstruée par les intempéries de juin, est en cours. Il implique de couper des arbres.

Les coupes de bois visent à nettoyer la rivière des arbres abîmés par la tempête et entravant son lit.
Les coupes de bois visent à nettoyer la rivière des arbres abîmés par la tempête et entravant son lit.
DR

Les promeneurs cherchant un peu de fraîcheur aux abords de la Vuachère l’auront peut-être remarqué: ses berges se sont départies de quelques arbres. C’est l’une des nombreuses conséquences des intempéries qui ont frappé la région lausannoise il y a près de deux mois.

Dans la nuit du 11 au 12 juin, les cours d’eau avaient subi d’importants dégâts, leurs lits étant obstrués par toutes sortes de matériaux charriés par les flots. Dans le secteur Bonne-Espérance/Perraudettaz, où les interventions sont bien visibles, le travail vise actuellement à redonner à la Vuachère son gabarit hydraulique (la quantité d’eau que la rivière peut faire transiter entre ses berges sans débordement).

«Les petits arbres et les buissons qui ont été arrachés lors de la crue sont coupés, ce sont principalement des noisetiers, explique la municipale lausannoise Natacha Litzistorf. Les grands arbres que la tempête a fait tomber sont évacués et certaines plantes indésirables, comme des laurelles, sont arrachées.» Des opérations de nettoyage qui doivent permettre à l’eau de s’écouler sans entraves. «Nous en profitons également pour enlever un peu de végétation dans le gabarit de la rivière, ce qui évite une accumulation pouvant créer des barrages puis des inondations», ajoute Olivier Mayor, responsable de l’organisation des chantiers au Service lausannois des parcs et domaines.

Si la Vuachère devrait rapidement retrouver son gabarit hydraulique, ces coupes d’arbres posent la question des atteintes à plus long terme. «Nous enlevons uniquement ce qui était déjà abîmé et qui encombrait le cours d’eau, rassure le garde forestier Philippe Magnenat. La nature fait bien les choses et tout va repousser. C’est important, car ce vallon boisé est ce que l’on appelle une forêt protectrice, particulièrement utile contre les glissements de terrain.»

La Ville de Lausanne n’est pas la seule à œuvrer pour la remise en état de la Vuachère. Pully est également concernée puisque, sur son dernier tronçon, la rivière marque la limite entre les deux communes. «Nous n’avons pas mis en œuvre de grand nettoyage. Nous nous concentrons actuellement sur l’embouchure, en collaboration avec Lausanne, indique le municipal pulliéran Marc Zolliker. Il faut consolider les berges et le Canton nous a demandé de mener une étude pour la renaturation de cette embouchure.»

Quant à la passerelle provisoire, installée entre les deux communes en remplacement du pont fragilisé par le déluge, elle restera en place pendant plus d’une année.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.