Passer au contenu principal

Crédits pour les premiers coups de pioche aux Plaines-du-Loup

Le Conseil communal a débloqué ce mardi soir quelque 13 millions pour les premières concrétisations de l'écoquartier.

Au printemps 2013, le Service de l'urbanisme avait convié la population à faire ses remarques sur le plan directeur localisé des Plaines-du-Loup. Désormais, les premiers coups de pioches se font entendre pour de premiers habitants prévus en 2021.
Au printemps 2013, le Service de l'urbanisme avait convié la population à faire ses remarques sur le plan directeur localisé des Plaines-du-Loup. Désormais, les premiers coups de pioches se font entendre pour de premiers habitants prévus en 2021.
PHILIPPE MAEDER/A

L'écoquartier des Plaines-du-Loup à Lausanne va démarrer. Ce mardi soir, le Conseil communal a débloqué quelque treize millions pour le début de sa concrétisation. Onze ans après le préavis initial pour le projet Métamorphose, les premiers coups de pioches en vue des nouveaux logements sur le plateau de Blécherette vont se faire entendre. Les premiers habitants devraient emménager en 2021.

Il s'agit de travaux techniques préparatoires du terrain où doit s'élever le nouveau quartier, presqu'une petite ville dans la ville. Quatre pistes de chantier seront aménagées, ainsi que des équipements de parcelles (conduites, éclairage, etc.), des écopoints et un terrain multisport. Le tout s'imbrique dans un vaste programme qui comprend notamment un parc, une école et des bâtiments capables d'accueillir quelque 10'000 habitants et employés.

Les groupes du Conseil communal n'ont pas tous accueilli la demande de crédit municipale avec le même enthousiasme. Le socialiste Vincent Brayer a dit soutenir le préavis «avec joie et bonheur», tandis que Valéry Beaud a salué au nom des Verts un «moment important». L'UDC et le PLC se sont aussi montrés favorables.

C'est du côté du PLR que quelques grincements de dents se sont fait entendre. Pour Jean-Pascal Gendre, il y a un problème de forme: «Je suis gêné, dit-il. Je n'ai pas de vue d'ensemble et je ne vois pas comment nous pourrions nous opposer à ce préavis.» L'élu juge qu'il ne lui sera pas possible avec ce degré d'information jugé faible de s'assurer que les travaux avancent en conformité avec la planification.

Plus incisive, sa collègue Florence Bettschart-Narbel dénonce une politique du fait accompli: «Des travaux ont déjà commencé.» Elle déplore aussi être peu renseignée sur les détails de ce démarrage. Le préavis ne donne pas d'indications sur les honoraires des architectes et ingénieurs, par exemple: «Ce préavis n'est clairement pas suffisant», a-t-elle conclu.

Le syndic Grégoire Junod a pour sa part assuré que les crédits tels que présentés figuraient dans le respect des décisions précédentes du Conseil communal. Il s'agit maintenant de comprendre que le projet va entrer dans une «phase d'accélération». Grégoire Junod a également rappelé que la pénurie de logement était toujours d'actualité à Lausanne, malgré la détente observée ailleurs.

Le Conseil communal a finalement voté les crédits à une très nette majorité.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.