Passer au contenu principal

Une «croco» à Lausanne pour Plateforme10

Choisie par un jury dans le cadre du concours d'intervention artistique sur les bâtiments de l'Etat, la locomotive d'Olivier Mosset et Xavier Veilhan image le passé et le futur du site muséal lausannois.

Monumentale mais mobile, l'oeuvre d'Olivier Mosset et Xavier Veilhan ressuscitant la locomotive "Crocodile" pourra être déplacée sur le site de Plateforme10.
Monumentale mais mobile, l'oeuvre d'Olivier Mosset et Xavier Veilhan ressuscitant la locomotive "Crocodile" pourra être déplacée sur le site de Plateforme10.
PLATEFORME10

Partis à 73 en décembre, les artistes désireux de poser leur empreinte dans l'enceinte de Plateforme10 n'étaient plus que 21 après un premier tour de jury. Dont plusieurs signatures internationales. L'enjeu? Un pari sur l'occupation d'un espace fortement connoté par son passé industriel mais désormais tourné vers son avenir muséal.

A l'examen des seize projets finalement déposés, le jury - formé des directeurs du Musée cantonal des beaux-arts, de l'Elysée et du Mudac ainsi que des architectes de Plateforme10, d'artistes et d'historiens d'art - a trouvé ce pari tenu dans la Crocodile imaginée par le plasticien suisse établi aux Etats-Unis, Olivier Mosset et le Français - qui représente dès ce mercredi son pays à la Biennale de Venise - Xavier Veilhan.

«Nous avons développé une idée qui pouvait rassembler le passé industriel, un attachement à ce passé et en même temps devenir une sorte de point de repère.»

Les deux artistes se connaissent mais ils n'avaient pas encore travaillé ensemble. C'est en découvrant qu'ils figuraient sur la même liste de postulants qu'ils se sont décidés. «Nous sommes très vite tombés d'accord, raconte Xavier Veilhan. Nous avons développé une idée qui pouvait rassembler le passé industriel, un attachement à ce passé et en même temps devenir une sorte de point de repère.»

A haute valeur symbolique, la Crocodile aura la forme, la couleur et l'imposante taille de son modèle «mais, précise Chantal Prod'hom, directrice du Mudac et présidente du conseil de direction Pôle muséal, c'est une oeuvre monumentale qui joue sur plusieurs registres comme la simplification des formes et la symétrie tout en cumulant les symboles en rappelant l'enfance en même temps que le savoir industriel suisse. Très important aussi, ce n'est pas un sculpture que l'on pose quelque part, elle est mobile et va pouvoir bouger sur le site.»"

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.