Un curieux immeuble fait polémique à Renens

UrbanismeDes riverains s’insurgent contre un nouveau bâtiment très moderne. La Municipalité défend une architecture «innovante».

L’immeuble locatif a quitté ses échafaudages en avril dernier, suscitant l’émoi des riverains.

L’immeuble locatif a quitté ses échafaudages en avril dernier, suscitant l’émoi des riverains. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À Renens, un immeuble tout neuf vient d’être libéré de ses échafaudages. Après des mois de construction, il s’offre enfin à la vue des riverains. Las! Passé la surprise, la colère a vite pris le dessus pour une poignée d’entre eux. «C’est le sommet de la laideur», s’emporte Maurice Bruttin, qui habite le bâtiment situé juste en face à la rue de Verdeaux.

Il est vrai que la nouvelle construction, un immeuble locatif, arbore des lignes contemporaines qui contrastent avec le reste du quartier: cinq étages, de grandes fenêtres, des balcons spacieux et des escaliers extérieurs plaqués sur les façades. Mais, surtout, des murs de béton brut. «Je n’aurais jamais cru que, derrière les échafaudages, on découvrirait qu’il n’y avait aucun revêtement. On ne met pas un tel bâtiment, inerte et sans âme, au milieu d’un quartier populaire sous prétexte que les architectes ont gagné des concours prestigieux», s’insurge Maurice Bruttin.

«La Municipalité apprécie de rendre possibles des architectures contemporaines qui constitueront notre patrimoine de demain tout en s’intégrant dans le contexte alentour»

Suite à un courrier envoyé au Service de l’urbanisme par quelques riverains, la Commune a organisé une rencontre il y a deux semaines. «Nous avons trouvé juste de venir expliquer les choses, mais ce n’était pas une obligation», précise la municipale de l’Urbanisme, Tinetta Maystre. En effet, les oppositions déposées suite à la mise à l’enquête avaient été traitées. «Les aspects tels que le revêtement des façades ne font pas formellement partie de la mise à l’enquête», précise en outre l’élue.

«Le béton, on aime ou on n’aime pas, poursuit-elle, mais la Municipalité apprécie de rendre possibles des architectures contemporaines qui constitueront notre patrimoine de demain tout en s’intégrant dans le contexte alentour.» Et de confirmer que les choix effectués par les architectes ont bien été validés par la Commune. «Nous en appelons à une certaine ouverture pour ce type de projets innovants», conclut-elle.

Créé: 21.05.2018, 20h40

Articles en relation

Prilly et Renens s’unissent pour «fabriquer» Malley

Urbanisme Les deux villes veulent créer une structure inédite pour superviser ensemble le développement du quartier et ses futurs équipements. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.