«Il n'y aura pas d'afflux de toxicomanes à Lausanne»

DroguesLes habitants du Vallon ont fait part de leurs craintes visant le projet d'Espace de Consommation Sécurisé. Les autorités lausannoises rassurent.

Pour ou contre un local d'injection au Vallon?
Vidéo: Natacha Rossel
Vidéo: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La séance aurait pu être houleuse. Il n’en a rien été. Mercredi soir, une soixantaine de personnes ont afflué à la Fondation ABS, à la place du Vallon à Lausanne, pour en savoir plus sur le projet d’implantation d’un local d’injection de drogue. L’Espace de consommation sécurisé (ECS), de son nom officiel

. Calmes, modérés, les habitants du quartier ont fait honneur à leur réputation d’ouverture. Mais la tolérance ambiante n’exclut pas des inquiétudes. Y aura-t-il une présence policière renforcée? Doit-on s’attendre à une augmentation des déchets et des nuisances? Les toxicomanes vont-ils affluer en masse? Pour répondre aux questions: les municipaux Oscar Tosato et Pierre-Antoine Hildbrand, accompagnés de Nicolas Pythoud, directeur de la Fondation ABS, chargée d’héberger le local d’injection. Tous ont répété, exemples à l’appui, que l’ouverture d’un lieu à vocation sanitaire, encadré par des professionnels, devrait améliorer à la fois l’ambiance du quartier et la santé des consommateurs.

«Aujourd’hui, les injections se font au vu et au su de tout le monde, à l’orée des forêts, dans les cours d’immeubles ou dans les WC publics»

«Aujourd’hui, les injections se font au vu et au su de tout le monde, à l’orée des forêts, dans les cours d’immeubles ou dans les WC publics, a rappelé le socialiste Oscar Tosato. Les expériences à l’étranger et en Suisse montrent qu’un encadrement permet de diminuer les scènes de la drogue dans l’espace public et de réduire le nombre de seringues abandonnées. Cela finit aussi par faire baisser la consommation.» Son collègue Pierre-Antoine Hildbrand (PLR), membre d’un parti qui s’était opposé à l’ouverture d’un tel local d’injection en 2007, enfonce le clou. «Je faisais partie de ceux qui pensaient qu’un bon coup de balai suffirait à régler le problème. Mais les choses sont plus compliquées. Il n’y a pas de solution magique. J’ai dû regarder la réalité en face.» La police épaulera, assure-t-il, la Fondation ABS dans le contrôle d’éventuelles nuisances.

Autre motif d’inquiétudes: un afflux de «nouveaux» toxicomanes non habitués du Passage (lire l'encadré). Nicolas Pythoud exclut tout appel d’air. «Il ne va pas y avoir d’augmentation massive du nombre de consommateurs. On espère juste en toucher davantage.» Le spectre d’un nouveau Letten, scène ouverte des années 90 à Zurich, hante certains esprits. «Il ne faut pas oublier qu’un toxicomane est souvent dans l’urgence, explique le directeur d’ABS. Il ne va pas venir expressément s’injecter ici depuis Yverdon, par exemple. Il peut donc y avoir un léger déplacement, mais il restera occasionnel.»

«Comment être sûrs que les dealers ne se déplaceront pas ici eux aussi?» s’inquiète une jeune maman. Là encore, les autorités rassurent, annonçant une vigilance policière pour éviter que le trafic ne s’implante au Vallon. «La stratégie n’est pas du tout de concentrer le deal ici, insiste Pierre-Antoine Hildbrand. Au contraire.»

Interdit aux dealers
Le quartier accueille déjà plusieurs structures dites à bas seuil (aide sociale et médicale de base) tels que Le Passage, La Terrasse ou La Marmotte. Oscar Tosato se défend de vouloir «amener de plus en plus de personnes en difficulté dans le quartier», pour reprendre les mots d’un habitant. «Il y a effectivement plus de dispositifs d’accueil ici qu’à Chailly. Ces infrastructures doivent être au centre-ville pour remplir leur rôle. Nous avons vraiment l’espoir que L’Espace sécurisé entraînera des améliorations dans le quartier.» Et d’annoncer des mesures d’accompagnement, décidées en temps voulu, pour régler les éventuels problèmes de voisinage.

Les premiers pas de l’ECS – projet pilote sur trois ans – seront scrutés par un groupe d’encadrement dont fera partie l’association des habitants du quartier. Favorable au local, cette dernière demande à la Municipalité, en contrepartie, une attention plus soutenue à l’entretien de l’Espace public.

Créé: 09.03.2017, 20h30

Ouvert tous les jours

Le projet pilote d’Espace de consommation sécurisé (ECS) au Vallon prévoit quatre places pour l’injection et quatre pour l’inhalation ou le sniff, ainsi qu’un espace destiné aux soins. Le tout dans les locaux de la Fondation ABS, qui gère déjà
Le Passage et La Terrasse, deux structures d’accueil pour les consommateurs de drogue et d’alcool. Le principe: les toxicomanes viennent avec leur substance et peuvent utiliser le matériel stérile mis à leur disposition. Un système d’identification est prévu. Les usagers doivent obligatoirement passer un entretien lors de leur première visite.

Les spécialistes tablent sur 50 injections et 100 à 150 inhalations ou sniffs par jour. Un agent de sécurité sera présent pendant les heures d’ouverture (tous les jours de 11h45 à 14h45 et de 16h à 19h, sauf le mardi où l’ouverture est à 12h45).

Lausanne est l’une des rares grandes villes de Suisse à ne pas disposer d’un lieu sécurisé de consommation de drogues, dispositif considéré par l’OFSP comme un instrument privilégié de réduction des risques. Le budget total du projet lausannois s’élève à 980 000 francs et comprend une subvention spéciale (25'000 francs) allouée à la Fondation Mère Sofia en vue de proposer davantage de «petits jobs» aux usagers (travaux de jardinage, aide aux courses, déménagements, débarras…). Des boulots ponctuels qui permettent d’ores et déjà à des personnes marginalisées et vulnérables de renouer avec une activité professionnelle, et facilitent leur réinsertion.

Opposition

La menace d’un référendum plane toujours sur le projet. Un groupe de citoyens prêt à l’attaquer existe, mais sa force est difficile à évaluer. Le PLR, largement opposé à un local de consommation il y a dix ans, a depuis revu sa position. «Le projet est meilleur, il a bien évolué», résume Matthieu Carrel, chef du groupe au Conseil communal. La présidente de la section lausannoise, Florence Bettschart-Narbel, indique que le parti n’a pas encore pris position mais que ses élus soutiendront largement le projet. L’idée de demander un référendum spontané est pour l’heure écartée. Mais le PLR proposera des modifications sur la sécurité. «Nous allons par exemple demander que les horaires soient continus, sans coupure à la mi-journée.»

Cindy Mendicino

Articles en relation

Pas facile de trouver le lieu idéal d’un local d’injection

Drogues La localisation des espaces sécurisés de consommation est sensible. Lausanne a choisi le quartier du Vallon. Plus...

Le PLR Lausanne ne prépare pas de référendum contre le local d'injection

Drogue Le parti ne s'est pas encore officiellement déterminé sur la question. Mais se dirigerait plutôt vers un soutien au projet. Plus...

Lausanne: un local d'injection à nouveau sur les rails

Toxicomanie La Municipalité veut ouvrir au Vallon un «espace de consommation sécurisé», chaînon manquant de sa politique en matière de drogue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.