Passer au contenu principal

Ils ont la délicate mission de sécuriser les campus

Entre gestion de crise, santé au travail, prévention des incendies et lutte contre les délits, les services de sécurité académiques gèrent des territoires grands comme des villes.

Le service de sécurité de l’UNIL a l’obligation légale de former chaque année 5000 personnes aux dangers liés aux incendies. Reportage.

En quelques années, avec leurs commerces, leurs restaurants, leurs parkings et leurs logements, les campus des hautes écoles, qui s’étendent désormais sur plus de 200 hectares au bord du lac, sont devenus de véritables villes. Avec 20'000 personnes à l’UNIL et 15'000 à l’EPFL, les deux universités et leurs 35'000 personnes représentent même virtuellement la deuxième ville du canton. Partant, dans de telles proportions, assurer la sécurité, atteignable en composant le 115 sur les deux campus, n’est pas une mince affaire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.