Les examens attendront avant d’aller à Cossonay

LausanneUn recours de l’Association vaudoise des auto-écoles bloque la délocalisation, qui n’est toutefois pas abandonnée.

Le recours a été déposé par l'Association vaudoise des Auto-écoles (AVA-E) à la Cour administrative du Tribunal cantonal.

Le recours a été déposé par l'Association vaudoise des Auto-écoles (AVA-E) à la Cour administrative du Tribunal cantonal. Image: Eric Roset

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les convocations aux examens pratiques du permis auto programmés la première semaine de septembre sont mises sous pli ces jours au Service des autos et de la navigation vaudois (SAN). Les candidats devaient être invités à se rendre à Cossonay, sur le site du TCS, en remplacement du rendez-vous traditionnel de la Blécherette, sur les hauts de Lausanne. Mais cette délocalisation, contestée, comme l’avait relevé 24 heures le 11 juin, est reportée: l’Association vaudoise des auto-écoles (AVA-E) a en effet déposé un recours à la Cour administrative du Tribunal cantonal.

Pas un abandon

Le déplacement des examens pratiques du permis auto à Cossonay, décidé en raison des importants chantiers programmés sur l’embranchement autoroutier de la Blécherette et aux alentours, n’est pas abandonné, précise Pascal Chatagny, chef du SAN. «Il s’agit d’un report en attendant la décision de la justice. Nous ne sommes pas à un mois près», affirme-t-il.

L’AVA-E s’inquiète notamment de la concurrence déloyale que pourraient subir certains moniteurs en raison de la formation de deuxième phase proposée aux nouveaux conducteurs par le TCS après l’obtention du permis de conduire. Le club automobile pourrait profiter de la présence sur son site des candidats à l’épreuve pratique pour faire de la publicité aux dépens des autres centres de perfectionnement à la conduite existant en Suisse romande, en particulier à Savigny (lire ci-contre).

Pour le chef du SAN, Pascal Chatagny, ces inquiétudes ne sont pas justifiées: «Pendant les cours d’auto-école de première phase, les moniteurs accompagnent les élèves conducteurs pendant dix à quinze heures environ. Ils ont donc la possibilité de leur expliquer qu’ils peuvent suivre les cours de deuxième phase avec eux une fois le permis de conduire obtenu.»

L’association estime aussi que les courses de quarante-cinq minutes accompagnées d’un expert lors de l’examen risquent d’être moins exigeantes dans la région campagnarde de Cossonay que dans les conditions de circulation parfois complexes, voire piégeuses, de la capitale vaudoise.

«Les moniteurs d’auto-école pourront toujours emmener leurs élèves à Lausanne lors de leurs leçons. Ce sont eux qui les forment», souligne Pascal Chatagny. Et on rappellera que les experts vaudois passent pour les plus sévères de Suisse…

La délocalisation à Cossonay, qui devrait durer jusqu’à la construction de nouveaux bâtiments à la Blécherette, concerne 5500 candidats par an sur un total de 9000. Les autres devraient être dirigés vers Nyon et Yverdon, deux centres qui seront sensiblement renforcés, ainsi que sur Aigle.

Dans l’immédiat, le chef du Service des autos n’a toutefois pas d’autre choix que d’attendre la décision du Tribunal cantonal. (24 heures)

Créé: 29.06.2015, 09h45

Les arguments juridiques

L'avocate de l'AVA-E, Me Isabelle Jaques, présente les points juridiques qui motivent le recours. «La décision du SAN pourrait avoir été prise en violation des dispositions sur les marchés publics. Elle favorise très nettement un acteur du marché par rapport aux autres. En effet, le site du TCS est trop éloigné de Lausanne pour que les moniteurs d’auto-école de la région lausannoise puissent, en 50 minutes de cours, s’y rendre avec leur élève et y effectuer une leçon de conduite sur les lieux où se déroulera l’examen. Au contraire, le TCS, ainsi que les moniteurs internes à cette structure qui offre également des cours de conduite, directement sur place qui plus est, deviendra automatiquement plus attractif pour les apprentis conducteurs. Dans les faits, il obtiendra donc un avantage considérable sur le marché de l’auto-école.Que dirait-on si le SAN décidait tout à coup de relocaliser toutes les expertises techniques automobiles sur le site d’un seul grand garage privé ? A cela s’ajoute une problématique de concurrence déloyale d’un tiers.»

Des dissensions mais aussi un allié

Le recours de l’AVA-E ne fait pas l’unanimité parmi les moniteurs d’auto-école. A Forel (Lavaux), François Junod relève que l’association n’est pas représentative puisqu’elle ne rassemble que 30% des profs, soit 83 sur les 250 autorisés dans le canton. «L’opposition à la délocalisation est due à une allergie au TCS. Pourtant, il ne représente pas une concurrence déloyale puisqu’il ne fait pas d’auto-école, mais seulement du perfectionnement et de la formation de deuxième phase pour les nouveaux conducteurs», souligne-t-il. En revanche, l’AVA-E a un allié: Sylvaire Coquil, codirecteur du Centre de formation routière de Savigny, spécialisé dans les cours de deuxième phase que doivent obligatoirement suivre les conducteurs qui viennent d’obtenir leur permis. «Notre clientèle est principalement lausannoise. Si elle est délocalisée à Cossonay, le TCS va en profiter. Je vais me renseigner sur mes droits et examiner s’il s’agit de concurrence déloyale», affirme-t-il. Un deuxième recours n’est donc pas exclu. Quant au TCS Vaud, il se veut rassurant. «Il n’est pas dans notre intention de faire de l’auto-école qui concurrencerait directement le métier de base des moniteurs», déclare le directeur, Jean-Marc Thévenaz.

Articles en relation

Les examens de conduite à Cossonay font déjà grincer des dents

Permis auto La délocalisation annoncée des examens pratiques de Lausanne sur le site du TCS inquiète les moniteurs d'auto-école. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.