Le déménagement de l’Espace confine au casse-tête

LausanneAvant d’intégrer le futur immeuble social de Saint-Martin, l’institution devra déménager deux fois.

L'Espace, situé à la rue César-Roux 16, va devoir quitter les lieux pour cause de grosses rénovations. Deux solutions transitoires seront nécessaires jusqu'à l'installation dans le futur immeuble Saint-Martin, en 2020.

L'Espace, situé à la rue César-Roux 16, va devoir quitter les lieux pour cause de grosses rénovations. Deux solutions transitoires seront nécessaires jusqu'à l'installation dans le futur immeuble Saint-Martin, en 2020. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La valse à plusieurs temps des institutions sociales lausannoises est une équation corsée. En début d’année, 24 heures expliquait que Caritas Vaud, la Soupe populaire et l’Espace (destiné à l’accueil et à l’orientation des plus démunis) devaient, pour des raisons différentes, quitter leurs locaux actuels. En particulier, les deux derniers cherchaient des solutions transitoires avant d’intégrer le nouvel immeuble Saint-Martin, prévu pour 2020.

La Soupe populaire a trouvé un point de chute en premier avec l’annonce, en juin, de son installation pour deux ans au chemin des Avelines, voisin du parc de Valency. Aujourd’hui, c’est au tour de l’Espace puisque la Municipalité confirme que de nouveaux locaux ont été trouvés. L’institution doit prendre place à la rue de Genève 52, dans un bâtiment appartenant à la caisse de pensions de la Ville. Le bureau des réservations (pour les places d’hébergement) et la consigne à bagages, également situés rue César-Roux 16, feront de même. Le bâtiment qui les abrite doit en effet subir d’importantes rénovations, actuellement à l’enquête publique. A noter que la terrasse sera végétalisée et accueillera une place de jeux.

Dossier sensible
Or, le jeu de domino n’est pas simple. L’Espace va devoir quitter César-Roux 16 mais deux données freinent son déménagement. D’une part, le bâtiment de la rue de Genève 52 doit, lui aussi, subir des travaux. D’autre part, une partie du voisinage s’inquiète de l’arrivée de l’institution. «Après mise à l’enquête du projet, deux séances collectives ont été organisées avec les voisins, annonce le municipal de la Cohésion sociale, Oscar Tosato. La moitié des oppositions formulées ont déjà été retirées.» Impliquée dans le dossier en tant que municipale du Logement et des Gérances, Natacha Litzistorf éclaire: «Ce sont toujours des dossiers complexes et très sensibles. Nous constatons que, même pour une période transitoire, la venue de la population prise en charge par l’Espace fait l’objet de certaines réticences».

Quant aux travaux nécessaires, ils sont jugés conséquents. «Ils sont liés à la création de toilettes, de surfaces pour les bureaux et d’un espace de consigne, détaille Oscar Tosato. En fait, nous transformons un lieu de dépôt en lieu d’accueil.» Le coût du chantier n’est pas arrêté à ce jour. Toujours est-il qu’il faudra environ trois mois pour aménager les locaux de la rue de Genève 52. La Municipalité doit donc trouver… une petite solution transitoire avant la grande solution transitoire.

Cela afin d’éviter que les bénéficiaires ne passent une partie de l’hiver sans structure d’accueil fixe. «Nous sommes à bout touchant pour un lieu dans l’hypercentre, ce qui voudrait dire qu’il n’y aurait aucune période de latence», se réjouit le municipal.

Caritas a trouvé aussi
La Soupe populaire et l’Espace relogés, ne reste donc que Caritas Vaud. L’institution doit partir de sa Centrale alimentaire, sise à l’avenue de Sévelin 15. De nouveaux locaux ont été trouvés, annonce Caritas sans préciser le lieu. Les différentes prestations s’installeront «dans des bâtiments distincts au sein d’une même rue». Le déménagement est repoussé et interviendra lors du premier semestre 2018. (24 heures)

Créé: 23.10.2017, 06h43

L'abri de la Vallée de la Jeunesse ne ferme pas

L’annonce avait été faite dans nos colonnes au printemps. Après avoir bien dépanné, l’abri PCi de la Vallée de la Jeunesse ne devrait plus servir de lieu d’accueil de nuit d’urgence. Il s’agissait, pour le municipal Oscar Tosato, de trouver une alternative que ce soit un bâtiment ou une structure modulaire. Mais finalement, le «bunker» ouvrira bien ses portes aux plus démunis durant l’hiver à venir.

«Le fait de trouver un autre espace, en surface, est toujours une priorité, mais pour le moment nous n’avons rien, souligne Oscar Tosato. Nous constatons, via les récentes mises à l’enquête pour le déplacement de nos institutions sociales, que ce n’est pas simple. Il y a des oppositions, des recours et il faut mener beaucoup de consultations pour y parvenir.»

Récemment, la structure a fait l’objet d’une demande de crédit pour mise en conformité suite aux nouvelles normes de sécurité incendie. «Pour permettre l’accueil de civils dans cet ouvrage, une liste de travaux, jugés indispensables, a été produite par la Police du feu du Service de protection et sauvetage. Le coût de ceux-ci s’élève à un montant total de 99'000 francs», explique la Municipalité.

L’an dernier, l’abri a totalisé près de 12'000 nuitées entre novembre et fin avril, soit 63 personnes par nuit environ. Chaque soir, 9 personnes en moyenne étaient refusées à l’entrée faute de place.
(Romaric Haddou)

Articles en relation

La Soupe déménage à l'autre bout de la ville

Lausanne Pendant deux ans, en attendant qu’un nouvel immeuble soit construit à Saint-Martin, Mère Sofia servira la Soupe vers Valency. Plus...

La Soupe Populaire, Caritas et l’Espace doivent déménager

Lausanne Les trois institutions sociales doivent quitter leurs locaux respectifs cette année. Plus...

Oscar Tosato veut fermer le «bunker»

Lausanne Alors que l’hébergement d’urgence pour SDF a fermé ses portes lundi, le municipal annonce qu’il souhaite le boucler pour de bon. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des dizaines d'automobilistes ont été bloqués dans le Chablais, pendant plusieurs heures pour certains. La situation était également chaotique sur les routes secondaires parsemées de congères.
(Image: Bénédicte) Plus...