Passer au contenu principal

Le départ forcé d’un vendeur de kebabs crée la polémique à l’EPFL

L’Ecole a dénoncé le contrat permettant à un tenancier de vendre de la nourriture sur le campus, ce qui a provoqué le tollé.

A l’EPFL, on l’appelle l’«affaire du vendeur de kebabs». L’été dernier, l’Ecole a résilié le contrat qui permettait au gérant d’une roulotte, Camil Semsi, présent depuis 2008, de vendre des kebabs sur le campus.

Un groupe d’étudiants a illico créé une page Facebook, intitulée «savetheroulottes», pour apporter son soutien au tenancier déchu. Et ce dernier ne s’est pas laissé faire, mais a contesté la résiliation et déposé un recours auprès de l’autorité de tutelle, le Conseil des EPF, qui a mandaté un audit sur ce domaine.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.