Le départ forcé d’un vendeur de kebabs crée la polémique à l’EPFL

RestaurationL’Ecole a dénoncé le contrat permettant à un tenancier de vendre de la nourriture sur le campus, ce qui a provoqué le tollé.

La roulotte de Camil Semsi était présente sur le site depuis 2008. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A l’EPFL, on l’appelle l’«affaire du vendeur de kebabs». L’été dernier, l’Ecole a résilié le contrat qui permettait au gérant d’une roulotte, Camil Semsi, présent depuis 2008, de vendre des kebabs sur le campus.

Un groupe d’étudiants a illico créé une page Facebook, intitulée «savetheroulottes», pour apporter son soutien au tenancier déchu. Et ce dernier ne s’est pas laissé faire, mais a contesté la résiliation et déposé un recours auprès de l’autorité de tutelle, le Conseil des EPF, qui a mandaté un audit sur ce domaine.

En cause, selon Camil Semsi, le fait que le responsable de la restauration à l’EPFL soit associé à un autre tenancier de roulotte dans une société qui a pour but «toutes activités dans le domaine de la restauration», selon le Registre du commerce. Autrement dit, il y a risque de conflit d’intérêts.

Un des résultats de l’audit mené par le CEPF est justement la cessation des liens économiques entre le responsable en question et la société mentionnée.

«Pas de conflit d’intérêts»

«Le collaborateur qui s’occupe chez nous de ces dossiers était effectivement associé dans une société dont le champ d’activité prévu sera la restauration, mais cette société n’a encore jamais été active, puisqu’il était prévu qu’elle le soit seulement après la retraite du collaborateur, déclare André Schneider, vice-président EPFL en charge des ressources et des infrastructures. Il n’y avait donc selon nous aucun conflit d’intérêts. L’audit a conclu que notre collaborateur n’avait pas de conflit d’intérêts dans ce dossier, mais qu’il devait céder ses parts, pour éviter tout problème futur potentiel. Ce qui a été fait.»

Et voici comment André Schneider justifie la résiliation du contrat de mandat liant l’EPFL à Camil Semsi: «Nous avons eu des problèmes avec le tenancier de cette roulotte. Il faut savoir que c’est l’EPFL qui doit contrôler l’hygiène des établissements vendant de la nourriture sur le site, qu’il s’agisse d’un restaurant ou d’un point de vente mobile. Ce tenancier a fait lui-même venir l’inspection cantonale, mais il avait pris soin de faire en sorte que tout soit en règle à ce moment-là. Au final, si le contrat a été dénoncé, c’est parce qu’il y avait de notre point de vue rupture du lien de confiance. Et nous lui avons laissé le temps de trouver un repreneur. Cela ne veut en aucun cas dire que nous ne voulons plus de roulottes sur le campus!»

Camil Semsi, joint hier, se montre peu disert. «Je ne peux pas vous répondre, j’ai l’interdiction de m’exprimer sur ce sujet, lance-t-il. Mais pour ce qui est de l’hygiène, je tiens tout de même à dire que mon concept de restauration était basé sur des produits frais, renouvelés chaque jour, ce qui veut dire que je n’avais pas de stock. Mon huile usagée était éliminée chaque jour par une société spécialisée. Je n’ai jamais jeté d’eaux usées dans la grille d’évacuation des eaux de pluie. Je faisais contrôler mon établissement deux fois par année par une société indépendante, et je faisais suivre une formation à mon personnel.» (24 heures)

Créé: 27.06.2016, 11h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.