Deux grains de blé et autres trésors banals

EchallensLa nouvelle exposition temporaire de la Maison du blé et du pain met en lumière 200 objets issus de ses collections.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Mais qu’est-ce qui a bien pu motiver la personne qui a mis ces morceaux de sucre de côté pour les générations futures, en pleine Première Guerre mondiale?» Conservatrice de la Maison du blé et du pain d’Echallens depuis dix-huit ans, Marianne Bataillard n’a rien perdu de sa capacité d’émerveillement. Plonger dans les collections pour en extraire 200 objets qui n’avaient jamais été présentés au public fut donc un vrai plaisir.

«Je n’aime pas dire que les objets ont une âme. Mais, pour moi, chacun d’eux porte l’empreinte de l’âme de son ancien propriétaire.» Et de se représenter le paysan rafistolant son fléau – outil utilisé autrefois pour battre les céréales –, le meunier portant sur son dos ce sac de grains rongé par une souris ou la dame recevant lors d’une exposition en 1901 ce diplôme récompensant la qualité de ses zwiebacks.

1415 objets pour les générations futures

Intitulée «Objets cachés, les coulisses du musée», la nouvelle exposition temporaire est à découvrir jusqu’au 12 mars 2017. «Elle met en lumière la face cachée de l’iceberg, reprend la conservatrice. Car, avant de présenter des objets au public, la mission de tout musée est de conserver des objets pour les générations futures.»

La Maison du blé et du pain en recense actuellement 1415, du petit grain de blé millénaire trouvé à Jérusalem au toboggan de meunier haut de trois étages (voir galerie photos ci-dessus). Mais aussi – plus étonnant – des sacs en tissu arborant aigle impérial et croix gammée. «Je n’ai aucune idée de la manière dont ils ont atterri ici, avoue Marianne Bataillard. Mais nous sommes tous d’accord pour ne pas les présenter au public.»

«Même si je ne viens pas d’un milieu agricole, je dois bien me l’avouer: après toutes ces années, j’ai appris à regarder tous ces objets avec amour.»

La quasi-totalité des objets du musée challensois lui ont été offerts. Un appel lancé dans l’émission télévisée La place du Marché en 1982 avait permis de réunir les 200 premiers. «Depuis, nous en recevons en moyenne une dizaine par année. Généralement lors de la rénovation de fermes ou de la fermeture de boulangeries. Malheureusement, par manque de place, et parfois d’intérêt, nous ne pouvons pas tout accepter», regrette la conservatrice, qui ne travaille qu’à 25% pour l’association propriétaire du musée challensois.

Pour la petite histoire, la collection comporte déjà 200 sacs à grain ou farine et 174 banons. Curieusement, aucun de ces petits paniers dans lesquels le boulanger laisse monter sa pâte n’avait pourtant été exposé avant ce jour. Marianne Bataillard en parle avec tendresse: «Même si je ne viens pas d’un milieu agricole, je dois bien me l’avouer: après toutes ces années, j’ai appris à regarder tous ces objets avec amour.» (24 heures)

Créé: 12.11.2016, 11h45

Articles en relation

Les lapins envahissent la Maison du blé et du pain

Echallens Le mammifère à longues oreilles et ses nombreuses représentations sont à l’honneur de la nouvelle exposition temporaire du musée d’Echallens Plus...

La Maison du blé et du pain passe à l’ère numérique

Echallens Désormais équipé d’un audioguidage sur smartphone, le musée challensois va soigner sa communication en utilisant Facebook et les newsletters. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...