Deux suspensions de séance pour les impôts

Bourg-en-LavauxLe Conseil communal du chef-lieu de district a eu besoin de deux interruptions lundi pour finalement accepter de reconduire son taux d'imposition à 61%.

Le Conseil communal se réunit à Aran, à la salle des Mariadoules (ici, lors de la précédente législature).

Le Conseil communal se réunit à Aran, à la salle des Mariadoules (ici, lors de la précédente législature). Image: Alain Rouèche - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lundi soir, à Aran, le Conseil communal de Bourg-en-Lavaux a vécu une séance pleine de relief. Alors que son ordre du jour permettait d’imaginer un conseil assez court, une conseillère s’est fendue d’une spécialité encore inexplorée à Lavaux: la suspension de séance.

C’est l’arrêté d’imposition 2018 qui a généré la nouveauté. Dans un préavis «schizophrénique», des mots d’un conseiller, la Municipalité indiquait que le taux à 61% (moyenne du district à 67,5) avait vécu, mais qu’elle proposait tout de même de le reconduire… Cela en rabotant certains travaux d’entretien courant, mais aussi en renonçant cette année aux annuités du personnel communal.

Elle précisait en outre qu’il faudrait à coup sûr l’augmenter de 4 ou 5 points en 2019. «Aller au bout de l’exercice, en montrer les limites, c’est le seul moyen de faire comprendre à la population qu’on a besoin de cette augmentation», a expliqué le syndic, Jean-Pierre Haenni.

S’est ensuivie une discussion animée, où le spectre du référendum contre l’augmentation du point d’impôt (de 61 à 65) il y a trois ans a été plusieurs fois brandi. Jusqu’à la requête de suspension de séance. Surpris, le président a consulté son règlement, puis fait sortir les sept municipaux et la presse. En oubliant d’abord d’éteindre son micro, qui diffusait les discussions dans le hall où étaient réunis les exclus. L’Exécutif, curieux de savoir ce qu’on lui préparait, a finalement été prié de rejoindre la salle après un gros quart d’heure. C’était une motion d’ordre. Son but: exiger une stratégie fiscale durable et un plan de communication.

Comme la réponse du berger à la bergère, les municipaux ont à leur tour demandé une suspension. A l’issue de laquelle ils ont accepté la motion, qui serait toutefois traitée en mars, sans possibilité d’influer sur l’arrêté d’imposition, qui doit être rendue au Canton début novembre.

Ainsi, une demi-heure après le début des débats, le Conseil communal acceptait de reconduire le taux d’imposition.

Créé: 24.10.2017, 20h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.