Passer au contenu principal

Deux toits tombent du ciel pour reloger les étudiants

Après avoir dû quitter des immeubles voués à la démolition, l’ALJF cherchait d’autres logements. Elle vient de trouver.

De gauche à droite : Alan Berthet, Kaya Babajee et Zacharie Jourdain rafraichissent la maison de Paula Senn, à Crissier, avant d’y loger.
De gauche à droite : Alan Berthet, Kaya Babajee et Zacharie Jourdain rafraichissent la maison de Paula Senn, à Crissier, avant d’y loger.
Jean-Guy Python

L’Association pour le logement des jeunes en formation (ALJF) peut souffler. La structure bénévole, qui investit des maisons vides sur la base de contrats de prêt à usage, sort d’un été redouté avec le sourire. Et pour cause, en juin, les habitants de deux immeubles «confiés» à l’association devaient quitter les lieux et un troisième bâtiment doit être vidé en octobre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.