«Nous devons améliorer la qualité de notre accueil»

EconomiePrésident d’Economie Région Lausanne depuis mars, Christophe Paris livre la feuille de route de son mandat.

A 37?ans, Christophe Paris est le plus jeune président qu’Economie Région Lausanne ait connu.

A 37?ans, Christophe Paris est le plus jeune président qu’Economie Région Lausanne ait connu. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux bons mètres sous la toise, une allure de jeune premier et une gentillesse confondante: à 37 ans, Christophe Paris est le plus jeune président qu’Economie Région Lausanne (ERL) – ex-Société industrielle et commerciale (SIC) de Lausanne et environs – ait jamais connu. Patron de la PME familiale Valentine SA à Romanel-sur-Morges, spécialisée dans la fabrication de friteuses et de cuiseurs à pâtes, l’entrepreneur a succédé début mars à Philippe Doffey, directeur général de Retraites Populaires.

Avec modestie, il entend mettre ses pas dans ceux de son prédécesseur et, à l’heure où les PME vouées à l’exportation demandent une attention de tous les instants, avoue avoir accepté cette tâche supplémentaire parce que Lausanne est toute sa vie. «C’est ici que je suis né, c’est ici que j’ai fait mes études, c’est une région magnifique, et la perspective de poursuivre l’indispensable travail qui consiste à resserrer les liens entre l’économie et la politique me séduit, tout simplement.»

«J’entends surtout que nous réfléchissions, puisque nous en avons ardemment soutenu l’organisation, à l’après-Jeux olympiques de la jeunesse»

Fondée en 1859, quand Lausanne ne comptait que 18'000 habitants, la SIC, rebaptisée Economie Région Lausanne, est devenue au fil du temps une association forte de 1200 membres, qui porte son attention sur les grands projets régionaux et que Christophe Paris ambitionne de voir grandir encore. «Je veux continuer à développer la tenue de nos débats, qui permettent à nos membres de rencontrer des personnalités, mais j’entends surtout que nous réfléchissions, puisque nous en avons ardemment soutenu l’organisation, à l’après-Jeux olympiques de la jeunesse, dit-il. 2020, c’est demain, et c’est à ce moment-là que la région va hériter de nouvelles infrastructures épatantes, qu’il s’agira d’exploiter avec efficacité en évitant que le soufflé ne retombe.»

Auparavant, Christophe Paris aimerait que l’association qu’il préside depuis deux mois travaille la main dans la main avec les autorités politiques pour que l’accueil, en 2020, soit à la hauteur des ambitions de la région. «Nous disposons des meilleures écoles hôtelières de la région, mais il faut pourtant admettre que nous avons encore des progrès à faire dans la qualité de notre accueil: il suffit de séjourner en Autriche, par exemple, pour s’en rendre compte, souligne-t-il. Nous avons donc quatre ans pour bosser sur ce thème, qui s’accompagne d’un engagement soutenu contre la prolifération de la mendicité, des dealers et donc du sentiment d’insécurité. Les enjeux sont importants, et nous avons encore énormément d’efforts à faire avant de pouvoir être contents de nous.»

Aides ponctuelles

En parallèle, le nouveau président d’ERL, flanqué d’un comité largement renouvelé, entend développer la fonction première de l’association, qui est d’informer et d’assister ses membres. «Nous ne pouvons pas grand-chose contre le franc fort, mais tout le monde ne sait pas que les PME peuvent demander des aides ponctuelles à l’Etat, précise-t-il. Mon entreprise, par exemple, vient d’obtenir un coup de pouce de quelques dizaines de milliers de francs pour participer à une foire très importante qui se tiendra en 2017. C’est un one shot, ce n’est pas énorme, mais cela fait du bien par les temps qui courent.»

Sans vouloir se substituer au Centre patronal, qui abrite d’ailleurs son siège, Economie Région Lausanne ne rechigne pas, le cas échéant, à faire un brin de politique.

«Nous avons fait campagne pour la tour Taoua et, dernièrement, nous avons écrit à nos membres avant le deuxième tour de l’élection à la Municipalité de Lausanne, révèle Christophe Paris. Non pas pour leur demander frontalement de voter en faveur de Pierre-Antoine Hildbrand, mais pour leur dire qu’à notre avis une voix de droite, garante de la minorité, devait se faire entendre au sein de la nouvelle Municipalité.»

Créé: 30.04.2016, 16h24

Tournée vers l’exportation

Créée en 1953 par le grand-père de Christophe Paris, Valentine Fabrique SA, qui portait à sa naissance le nom de Société Comptoir de Machines SA, exporte près de 80% de sa production, composée à 90% de friteuses professionnelles, le reste étant constitué de cuiseurs à pâtes et de chauffe-assiettes.

Son marché principal est le Royaume-Uni, où Valentine Fabrique SA, qui emploie une trentaine de personnes, entretient avec ses clients un lien de confiance tissé par amour pour le développement et la fabrication 100% Swiss made. La France vient en deuxième position, suivie par l’Espagne, la Suisse et les pays scandinaves, qui équipent volontiers les bateaux de croisière qu’ils construisent de friteuses entièrement fabriquées à Romanel-sur-Morges.

Paradoxalement, le franc fort n’a pas trop fait souffrir l’entreprise: «Notre compte en euros en a pris un coup, bien sûr, et nous avons immédiatement reçu des demandes de baisse de prix, révèle Christophe Paris. Mais notre qualité et notre réputation nous ont mis à l’abri de mauvaises surprises.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...