Le doyen de la HEC ne voit pas d'intérêt de fusionner avec Genève

LausanneLe doyen de la faculté des Hautes études commerciales de Lausanne, Thomas von Ungern, estime que «big is not so beautifuf».

Thomas von Ungern, doyen de HEC Lausanne.

Thomas von Ungern, doyen de HEC Lausanne. Image: Patrick Martin (Archives)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je ne vois pas d'intérêt évident de fusionner la HEC Lausanne avec la nouvelle faculté d'économie et de management de Genève. En revanche Lausanne aurait dû fusionner avec la faculté des sciences économiques de Neuchâtel depuis longtemps.» Pour Thomas von Ungern, doyen de la faculté des Hautes Etudes commerciales de la capitale vaudoise, «la concurrence a du bon à condition en effet de ne pas être trop petit. Notre bon rang dans le palmarès du Financial Times (Lausanne est 20e) joue comme un aiguillon sur les Genevois».

A la poubelle donc l'idée que Xavier Comtesse a récemment promue dans son blog? Le directeur romand d'Avenir suisse (un brasseur d'idées financé par de grandes entreprises suisses) défend la fusion car une taille plus grande permettrait de mieux briller sur le plan international et d'attirer plus de fonds.

«Il est vrai, reconnaît Thomas von Ungern, qu’une tendance forte du marché de l’éducation en management et en économie est à une taille croissante pour couvrir des coûts fixes qui eux-aussi ont beaucoup augmenté pour les écoles souhaitant évoluer au plus haut niveau. Coûts de marketing et communication, centres de carrière, accréditations, salaires des professeurs à la hausse pour les meilleurs, etc. : la concurrence internationale pousse les meilleures écoles à des efforts importants se traduisant par des coûts fixes en forte hausse et une augmentation du nombre d’étudiants pour couvrir ces coûts fixes. C’est dans cette optique qu’une faculté comme celle de Neuchâtel est sans doute trop petite pour prétendre à l’excellence par elle-même.»

Thomas von Unger énumère trois obstacles à une fusion des deux HEC lémaniques: «Sur le plan opérationnel, une telle fusion de deux entités situées à une heure l’une de l’autre occasionnerait des coûts de coordination importants. Ensuite, la conception même de la nouvelle entité occasionnerait probablement des négociations difficiles, sur le plan politique, posant de grandes questions sur sa faisabilité même. Enfin, et surtout, HEC Lausanne est aujourd’hui une école qui s’est fortement restructurée en interne, dont la faculté converge vers des objectifs au plus haut niveau en matière d’enseignement et de recherche, et pour laquelle la pire des choses serait sans doute de rompre cette dynamique en se couplant avec un partenaire de grande taille et en pleine restructuration.»

Quant à l'excellence de l'offre de la Métropole lémanique, que von Ungern dit également défendre, le doyen de HEC Lausanne plaide pour des collaborations renforcées. Lausanne et Genève offrent en commun un MBA comptabilité et contrôle des finances. Un exemple à suivre. Encore faut-il trouver le moyen d'augmenter la mobilité des étudiants et des professeurs.

Créé: 14.01.2014, 14h12

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.