Passer au contenu principal

Ecrin raboté pour la villa romaine de Pully

Le plan d'affectation devant permettre la restauration du site historique du Prieuré est à l'enquête.

En 2017, ce projet des bureaux FAZ Architectes (Genève) et Garcés - De Seta - Bonet (Barcelone) a remporté le concours international d'architecture concernant le nouveau musée abritant la villa romaine de Pully et l'espace de découverte de l'archéologie (Archéolab). Sa volumétrie sera revue à la baisse.
En 2017, ce projet des bureaux FAZ Architectes (Genève) et Garcés - De Seta - Bonet (Barcelone) a remporté le concours international d'architecture concernant le nouveau musée abritant la villa romaine de Pully et l'espace de découverte de l'archéologie (Archéolab). Sa volumétrie sera revue à la baisse.
DR

Le lauréat du concours d’architecture visant la rénovation-extension du musée abritant la Villa romaine de Pully est en train de revoir sa copie. Le projet dévoilé en 2017 est jugé trop volumineux; tout est revu à la baisse. L’information a été confirmée lors de la présentation publique du plan d’affectation (PA) du site du Prieuré, mis à l’enquête jusqu’au 19 décembre. Sa modification rend constructible une surface plancher de 2000 m², susceptible d’accueillir le nouveau musée tant désiré par les autorités.

«Le projet architectural est en mutation, a confirmé le syndic, Gil Reichen. À l’issue du concours, on a vu des bâtiments énormes, posés sur la Villa romaine… Ce n’était pas souhaitable en termes d’intégration.» Les Monuments historiques ont d’ailleurs fait savoir qu’ils ne donneraient pas leur accord si le projet gagnant signé FAZ Architectes et Garcés-De Seta-Bonet n’était pas modifié.

À ce stade des réflexions, le bâtiment destiné à abriter les vestiges romains et les activités de l’Archéolab devrait s’étendre le long de l’avenue Samson-Reymondin sur 1400 m². Le parking adjacent serait préservé, en principe.

Encore trop peu d'images

Lors de la séance d’information du 18 novembre, les citoyens ont réclamé des images et des gabarits. La Municipalité n’a pas grand-chose à leur montrer pour l’instant. «Le plan affectation et les projets architecturaux sont deux choses bien séparées, a précisé Gil Reichen. Ces derniers feront l’objet de préavis (ndlr: en 2020 pour la rénovation du Prieuré et plus tard pour la Villa romaine). Les constructions seront soumises au processus démocratique: aval du Conseil communal et mise à l’enquête publique. Le plan d’affectation n’oblige pas à faire un projet. Il le permet.»

Les autorités ont rappelé la raison principale de la requalification du site: le Prieuré et la Villa romaine sont dans un piteux état. Il faut agir vite. «Les gens pourront s’exprimer sur les craintes visant les constructions et leur prix le moment venu, a relevé le municipal Nicolas Leuba. Il ne s’agit pas aujourd’hui de déposer à l’enquête un plan d’architecture mais un instrument légal pour préserver notre patrimoine.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.