Passer au contenu principal

À Lausanne, l’église Notre-Dame compte aussi sur des dons privés

Plus de 10 millions seront nécessaires pour la réfection de la basilique du Valentin. Visite d’un lieu de culte plein de vitalité.

La basilique lausannoise n’a «que» deux siècles, mais elle possède une grande valeur, assure l’architecte Christophe Amsler.
La basilique lausannoise n’a «que» deux siècles, mais elle possède une grande valeur, assure l’architecte Christophe Amsler.
Florian Cella/24heures

En l’an 2000, des morceaux de béton tombaient dans la rue. Le clocher de la basilique Notre-Dame du Valentin était à l’agonie. Dix-huit ans plus tard, plus de danger: les fidèles et les pèlerins peuvent s’approcher de ce lieu phare de la foi catholique, élevé par Rome au rang de basilique en 1992. Le clocher et l’enveloppe extérieure ont été refaits en 2008 et en 2013 pour quelque 3,5 millions de francs. Reste la partie intérieure à rénover, avec un devis de 10,8 millions. Les plans de chantiers ont été signés il y a quelques jours par le conseil de paroisse.

Après la polémique suscitée par les dons accordés à Notre-Dame de Paris cette semaine, doit-on se demander s’il est nécessaire d’investir autant pour des bâtiments religieux? L’architecte Christophe Amsler, en charge de la restauration de l’édifice, répond à cette question par l’affirmative: «Les monuments vieillissent et la qualité de l’accueil constitue une sorte de politesse pour les fidèles.»

Il faut dire que la basilique, construite par Henri Perregaux en 1835, agrandie un siècle plus tard et flanquée d’un clocher, modifié dans les années 1970, n’est pas seulement une enveloppe architecturale. Elle est le théâtre d’une vraie vitalité religieuse, comme l’explique la présidente de paroisse, Silvia Kimmeier: «Des milliers de fidèles la fréquentent, on y donne trois messes par jour et des confessions individuelles. Il y a des célébrations en portugais, en italien, en tamoul ou en lingala pour la communauté africaine.»

L’importance de la beauté

Historienne de l’art, la présidente ajoute qu’il est «nécessaire de rajeunir les bâtiments dans l’idée d’honorer Dieu par la beauté. Nos frères orthodoxes disent que la beauté sauvera le monde. C’est une des portes d’entrée dans la foi.»

Cette troisième tranche de rénovation permettra de changer le chauffage, la ventilation, les installations électriques. D’aménager aussi des locaux en sous-sol et dans la souche du clocher: un ascenseur sera installé pour y accéder. L’orgue doit être rénové et l’acoustique entièrement revue. Il s’agit également de restaurer la grande fresque qui orne l’abside, réalisée par Gino Severini en 1935. La Ville de Lausanne – qui avait financé les deux premières tranches de travaux – mettra 1,5 million de francs dans cette restauration intérieure. La part du Canton et de la Confédération reste à confirmer. «Pour la majeure partie des coûts, nous venons de lancer une recherche de fonds. Nous avons fait des demandes à des fondations, indique Silvia Kimmeier. Nous comptons aussi beaucoup sur les dons privés.»

La restauration des vitraux et des peintures nécessitera à elle seule 1,8 million. La grande fresque du chœur est fissurée. «Gino Severini est devenu entre-temps un peintre de renommée mondiale, souligne Silvia Kimmeier. Une équipe de spécialistes travaille en ce moment sur le projet.» Cet artiste futuriste, qui a fréquenté les avant-gardes parisiennes du début du XXe siècle, a conçu une Vierge géante sur fond doré. En dessous, on distingue l’Annonciation dans un paysage lausannois, avec la cathédrale et la tour Bel-Air dans le lointain. Ses anges volants paraissent sortir d’une vieille série de science-fiction.

«Même pour une église qui n’a «que» deux siècles d’âge, on y découvre une valeur monumentale incroyable», souligne Christophe Amsler. À l’origine, Notre-Dame était entourée d’arbres. Un autre projet de modification des alentours prévoit d’agrandir le parking souterrain du Valentin et d’éliminer le trafic motorisé sur l’esplanade. Il se heurte pour l’instant à des oppositions.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.