Passer au contenu principal

L'élan d'un musée pour tous

Le futur nouveau Musée des beaux-arts la «passionne». Mais, pour vendre le projet, Anne-Catherine Lyon ne déploiera pas de stratégie de communication exceptionnelle. La cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture n’entend pas dévier de «sa manière peu spectaculaire de faire de la politique». Publié le 9 mai 2007

Enthousiaste, Anne-Catherine Lyon entend mener cette campagne à sa manière.
Enthousiaste, Anne-Catherine Lyon entend mener cette campagne à sa manière.
Janine Jousson

– Pourquoi ne descendez-vous pas dans l’arène alors que le débat fait rage autour du projet du nouveau musée?

– Ce projet me passionne, je me réjouis qu’il suscite enfin de l’intérêt, c’est un signe très positif. Mais monter en symétrie, courir dans tous les sens serait contre-productif. J’ai une manière peu spectaculaire de faire de la politique. Ce style, j’en ai fait l’expérience, permet à des sujets très émotionnels de cheminer de la meilleure manière. Ce qui compte pour moi, c’est d’avancer avec les gens pour susciter la plus large adhésion, de ne pas perdre le rythme de ce dossier en cours depuis 1991, mais que je ne conduis que depuis 2004. Respecter la planification, c’est la manière la plus judicieuse d’être au service du projet.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.