Elèves obligés de repasser le même examen trois fois

LausanneÀ cause d’un bug logistique à l'EPCL, une cinquantaine de candidats à la Matu professionnelle doit revenir plancher sur l’économie et les maths.

En l'espace d'une semaine, une cinquantaine d'apprentis de l'EPCL doit repasser le même examen pour la troisième fois.

En l'espace d'une semaine, une cinquantaine d'apprentis de l'EPCL doit repasser le même examen pour la troisième fois. Image: CHRISTIAN BRUN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En cette période d’examens scolaires, c’est sans doute la hantise de tous les élèves: devoir les repasser une seconde fois à cause d’un bug, d’une erreur de dénomination ou d’une tricherie avérée. Pour une cinquantaine d’apprentis qui fréquentent l’École professionnelle commerciale de Lausanne (EPCL), c’est même pire: en l’espace d’une petite semaine, ils devront repasser la même matière trois fois. «Nous sommes vraiment désolés pour eux», confie la directrice, Geneviève Nanchen. Explications.

«Tout avait bien commencé. Personnellement, j’étais plutôt à l’aise. J’avais bien révisé», témoigne Gabriel*. Mercredi dernier, comme d’autres élèves en économie ou en mathématiques, il se rend à l’école pour les examens finaux de 3e année. Des documents d’une vingtaine de pages lui sont distribués. Lui et ses camarades ont deux heures pour répondre aux questions. «Après quarante minutes seulement, on nous annonce que nous n’avons pas reçu le bon examen. On nous reprend les copies et on nous en distribue de nouvelles», poursuit Gabriel. Et c’est reparti pour deux heures de réflexion. Le jeune apprenti pense l’incident clos. Il se trompe. «Vendredi matin, nous avons reçu un courriel de la part de la direction de l’école nous informant que le second examen n’était toujours pas le bon! Nous sommes convoqués une nouvelle fois ce mardi pour le repasser. C’est déstabilisant.»

Objectifs plus d’actualité
L’EPCL reconnaît le bug. «Je suis enseignante depuis trente-huit ans et c’est la première fois que je vois cela», avoue la directrice. Que s’est-il donc passé? En fait, deux groupes d’élèves ont été touchés lors des épreuves cantonales pour la maturité professionnelle économie et services. Dans les deux cas, le formulaire du test distribué portait partiellement sur des objectifs fixés dans le programme de l’ancienne ordonnance fédérale de la formation, lesquels ne sont plus d’actualité. C’est seulement cette partie de l’épreuve qui doit être aujourd’hui réorganisée. Soit environ 20% du test en économie et droit pour le premier groupe, de 43 élèves, et 50% du test en mathématiques pour le second groupe, de 12 élèves.

La direction de l’EPCL, en concertation avec la Direction générale de l’enseignement postobligatoire (DGEP), a estimé qu’il n’y avait pas d’autre choix que de procéder à un examen complémentaire. Il s’agit de respecter la stricte égalité de traitement entre les écoles professionnelles vaudoises testant la même formation et de garantir pleinement le respect de toutes les exigences fédérales de qualification.

Pas de clémence spéciale
«En clair, il y a eu erreur de notre logistique. Un mélange dans les dossiers. Les examens n’accuseront toutefois pas de retard sur le calendrier. Tout se déroulera dans les délais», poursuit Geneviève Nanchen.

Les élèves qui se présenteront pour la troisième fois aux examens pour passer la même matière bénéficieront-ils de clémence lorsqu’il s’agira de noter leurs copies? Les correcteurs se montreront-ils plus cools en raison des circonstances? Geneviève Nanchen est surprise par la question. «Nous sommes conscients que cela peut être stressant pour eux, mais non, nous ne nous montrerons pas plus cléments pour autant.» Les voilà donc prévenus.

* Prénom d’emprunt

Créé: 25.06.2018, 17h14

Articles en relation

L'Ecole professionnelle évacuée après une fausse alerte à la bombe

Lausanne Les forces de l'ordre ont dû fouiller l'EPCL après qu'une alerte à la bombe ait été lancée en début d'après-midi ce mercredi. Plus...

«Il ne faut pas que le suicide de Paul, notre fils, soit inutile»

Scolarité L’interpellation d’un député a bouleversé les parents d’un élève de Belmont qui s’est donné la mort parce qu’il se croyait en échec. Plus...

Un jeune se donne la mort croyant avoir raté sa matu

Lausanne Son nom a été oublié de la liste des lauréats publiée sur internet par l’Etat de Vaud. Une erreur humaine serait à la base du drame. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.