Un élu de Renens fera face à la justice

JusticeLe Ministère public va mettre en accusation un conseiller communal socialiste soupçonné de captation de suffrages lors des élections communales.

Le Conseil communal de Renens (image d'illustration)

Le Conseil communal de Renens (image d'illustration) Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’affaire avait entaché les élections communales à Renens, l’an passé, et causé un véritable psychodrame dans les rangs socialistes. Elle finira devant la justice au terme d’une enquête que le Ministère public vaudois vient de boucler.

Rappel des faits. Au lendemain du scrutin du 28 février 2016, une lettre anonyme mettait en cause A.K., candidat socialiste sortant au Conseil communal, l’accusant d’avoir manipulé des bulletins de vote. Sur plusieurs d’entre eux, les noms de deux autres candidats du même parti avaient été biffés systématiquement. Trop pour qu’il s’agisse d’une coïncidence. A l’annonce des résultats, Gian-Luca Ferrini et Eugène Roscigno, pourtant des figures centrales du PS renanais, avaient ainsi vu leur siège leur échapper à la surprise générale.

Après recomptage, la composition du Conseil communal avait été modifiée et les deux socialistes réintégrés, mais l’enquête administrative ouverte par le Canton n’avait pas pu confirmer d’irrégularités. L’affaire n’en est toutefois pas restée là, puisque le Ministère public central a lui aussi décidé de l’examiner. Aujourd’hui, le procureur chargé du dossier, Christian Buffat, confirme qu’il s’apprête à demander la clôture de l’instruction et la mise en accusation de la personne concernée, estimant qu’il existe suffisamment d’éléments pour la poursuivre. Le Ministère public doit encore terminer de rédiger l’acte d’accusation, dans lequel sera retenue l’infraction de captation de suffrages. Plus précisément, A.K. est accusé d’avoir modifié systématiquement des bulletins de vote de la liste socialiste en biffant, en cumulant ou en ajoutant certains noms, et aussi d’avoir distribué ces bulletins modifiés. Il devra s’expliquer face à un tribunal.

Possible expulsion

En attendant le procès, qui pourrait se tenir dans le courant de cette année, le PS renanais reste dans une situation pour le moins inconfortable. A.K. continue en effet de siéger au Conseil communal dans les rangs socialistes. Suite à l’ouverture de l’enquête du Ministère public, le Comité central du PS vaudois avait pourtant prononcé son expulsion, mais l’intéressé avait saisi la commission de recours du parti, qui avait cassé cette décision. Un retour en arrière que plusieurs membres de la section renanaise ont eu du mal à digérer. Pour marquer leur désaccord, quatre élus socialistes, dont Gian-Luca Ferrini, avaient démissionné avec fracas du Conseil communal l’automne passé. A présent, le PS vaudois pourrait revenir sur sa décision de conserver A.K. dans ses rangs. Son secrétaire général, Gaétan Nanchen, confirme qu’une telle mise en accusation pourrait être une raison suffisante pour ouvrir une procédure disciplinaire: «Si cet élément nouveau est confirmé, nous allons bien sûr réétudier ce cas.»

Pour Gian-Luca Ferrini, la décision du Ministère public permet essentiellement de rétablir certaines vérités: «Je ne suis pas euphorique, ni dans un esprit de revanche. Je suis surtout satisfait, car les conclusions du procureur donnent une explication à ma non-élection.» Autre victime des irrégularités qui ont marqué ce vote, Eugène Roscigno attend quant à lui que la justice se prononce, mais estime tout de même que la balle est dans le camp d’A.K.: «Si j’étais à sa place, je présenterais ma démission à la fois au parti et à l’assemblée. Un conseiller communal se doit d’être irréprochable.» L’élu mis en cause n’a pas pu être joint mardi pour répondre à nos questions.

Créé: 08.02.2017, 10h09

Articles en relation

Encore une démission dans les rangs du PS

Renens Après trois départs en septembre, un 4e conseiller communal socialiste jette l’éponge sur fond de dissensions internes au parti. Plus...

Démissions houleuses et publiques chez les socialistes à Renens

Politique Déçus par l’affaire de supposée fraude électorale de ce printemps, trois membres du Conseil communal jettent l’éponge. Plus...

Le soupçon de fraude bénéficie au PLR, qui récupère un siège du PS

Renens Après recomptage, 116 nouveaux bulletins nuls ont modifié le résultat de l’élection au Conseil. Plus...

Enquête ouverte à Renens sur un soupçon d'irrégularités électorales

Communales Les noms de deux candidats non élus au Conseil communal auraient été tracés de manière trop systématique. La justice vaudoise enquête. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.