Les élus ne supportent plus le bruit des avions

LausanneUne majorité du Conseil communal demande à la Municipalité d'étudier les moyens de diminuer les nuisances sonores.

Une majorité des conseillers communaux demandent à la Municipalité d'étudier le moyen de limiter les nuisances sonores des avions.

Une majorité des conseillers communaux demandent à la Municipalité d'étudier le moyen de limiter les nuisances sonores des avions. Image: PATRICK MARTIN/A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Il faut apprendre à vivre avec le bruit». Telle est l'opinion de la PLR Françoise Longchamp qui n'emporte pas l'adhésion au Conseil communal de Lausanne. Ce mardi soir, l'assemblée a au contraire donné son feu vert à 51 contre 29 et une abstention à un postulat rouge-vert qui demande que la Municipalité étudie les moyens de faire taire les avions de la Blécherette, un jour par semaine pour le moins.

Dans leur texte, le Vert Valéry Beaud et Hadrien Buclin d'Ensemble à gauche avaient donné leur appui à une pétition des riverains de la Blécherette qui ne peuvent plus supporter les vrombissements aériens. Ils proposaient que la Municipalité trouve des moyens pour limiter les émissions sonores, pour déplacer tout ou partie des activités des écoles d'aviation vers d'autres aéroports et pour fermer l'endroit le dimanche.

Après que l'Exécutif a donné une première réponse à la pétition en 2016, les élus ont remis ce soir l'ouvrage sur le métier, cette première prise de position municipale ayant été jugée insatisfaisante. Pour plusieurs élus, il y a problème à cause notamment de l'augmentation des décollages en direction du sud, au-dessus de la ville. Selon Valéry Beaud, ces manoeuvres ont augmenté de 117% ces dernières années. Le conseiller communal craint aussi pour la sécurité des habitants à cause des cours d'aviation: «Le fait de concentrer les activités des écoles d'aviation en zone urbaine pose des problèmes évidents.»

En plus des abords de la Blécherette, les quartiers de Boisy, Valency et Montelly sont concernés. Plusieurs élus de ces zones-là sont montés au créneau pour demander une évolution vers plus de contraintes pour les avions.

Mais l'aéroport a tout de même été défendu. A droite, l'UDC, le PLC et le PLR ont refusé le postulat. Le centre s'est également inscrit en faux. Pour l'UDC Anita Messere, qui connaît bien le milieu, les activités aéronautiques de Lausanne ne sont pas exactement en grand essor: «Les licences de pilote diminuent, cela devient de plus en plus difficile.» L'élue fait valoir que l'aéroport constitue une carte de visite pour la ville, notamment vis-à-vis du CIO ou du Conseil fédéral.

Au PLR, Jean-Daniel Henchoz rappelle que ce postulat n'est pas la première attaque contre l'aéroport. Mais pour lui, seul l'Office fédéral de l'aviation civile se trouve compétent et pour l'instant, le total des mouvements à la Blécherette est encore inférieur aux limites fixées par l'Office. Ces arguments n'ont pas porté.

(24 heures)

Créé: 13.02.2018, 22h01

Articles en relation

«On ne choisit pas de décoller en fonction du paysage»

Lausanne Responsable de la Blécherette, Bertrand Mayor précise le point de vue des aviateurs face au vent de contestation des riverains. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.