Employés visés après une enquête au Service social

LausanneAprès des affaires de mœurs, la livraison d’un rapport interne vient de conduire cinq personnes en procédure disciplinaire.

A la rue de l'Ale, le bâtiment de l'Unité logement du Service social de Lausanne.

A la rue de l'Ale, le bâtiment de l'Unité logement du Service social de Lausanne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Service social de la Ville de Lausanne va au-devant d’une grosse tempête. Selon nos informations, des employés sont en effet visés par une procédure disciplinaire au sein de l’Unité logement, dont le travail est à la fois de reloger des personnes fragilisées et de prévenir leur expulsion. Appelé à réagir, Oscar Tosato, municipal en charge de la Cohésion sociale, apporte sa confirmation, tout en précisant que la Municipalité ne fera aucune déclaration, «conformément aux règles en vigueur sur la protection de la personnalité des collaborateurs».

Gestes et actes déplacés
C’est que le dossier est particulièrement sensible. Au début de l’année, la Municipalité confirmait déjà que deux collaborateurs de cette même Unité logement avaient été licenciés entre 2016 et fin 2017. Le premier était mis en cause pour avoir eu des relations sexuelles avec deux bénéficiaires du Service social. Le second licenciement faisait également suite à un comportement déplacé. Un employé aurait ainsi ouvert la fermeture éclair de la jaquette d’une collègue, qui ne portait rien en dessous.

«La Municipalité a pris connaissance du rapport d’enquête et prendra les mesures qui s’imposent pour le bon fonctionnement du Service social»

Dans la foulée de ces révélations, une enquête avait été diligentée par la cellule ARC (Aide à la résolution de conflits), un dispositif indépendant de la Commune dont la fonction est notamment de lutter contre le harcèlement psychologique ou sexuel. Ces investigations, confiées à l’ancien président du Tribunal d’arrondissement de Lausanne Jean-François Cuénod, sont arrivées à leur terme au début de l’été. «La Municipalité a pris connaissance du rapport de l’enquête qui a été faite à l’Unité logement du Service social de Lausanne et prendra les mesures qui s’imposent pour le bon fonctionnement du service», se contente de confirmer Oscar Tosato, sans faire plus de commentaires, invoquant toujours la nécessité de protéger la personnalité des collaborateurs.

Syndicat dans la bataille
Les conclusions du rapport rendu par la cellule ARC semblent en tout cas suffisamment problématiques pour justifier l’envoi d’une lettre de mise en demeure à cinq collaborateurs au moins. Et l’onde de choc ébranle bien au-delà des principaux concernés. «Une partie significative des travailleurs nous ont confié la défense de leurs intérêts, aussi bien à titre collectif qu’individuel. Cela comprend les personnes visées personnellement par une procédure disciplinaire, mais pas seulement», déclare Aristides Pedraza, secrétaire du syndicat SUD, engagé auprès des collaborateurs de la Ville de Lausanne.

«Nous allons en particulier nous battre pour assurer la protection de la personnalité des collaborateurs visés, mais aussi pour faire respecter leur droit à être entendus»

«Cette affaire est particulièrement complexe et problématique, ajoute le représentant syndical. Nous allons en particulier nous battre pour assurer la protection de la personnalité des collaborateurs visés, mais aussi pour faire respecter leur droit à être entendus.» Pour assurer son mandat, le syndicat demande à présent à la Ville de Lausanne de mettre à disposition toute la documentation utilisée pour mettre en cause les employés, notamment le rapport d’enquête ainsi que les procès-verbaux d’audition. L’administration lausannoise fait face à une succession de problèmes de personnel depuis quelques mois. Avant la tempête qui touche actuellement le Service social, le chef du Service des écoles avait en effet dû quitter son poste en fin d’année dernière, d’un commun accord avec les autorités. Là encore, de graves problèmes humains ainsi que des allégations de harcèlement sexuel avaient été évoqués.

Créé: 17.07.2018, 20h19

Articles en relation

Des affaires de mœurs turlupinent le service social de Lausanne

Investigation La Municipalité de veut faire la lumière sur deux affaires: des relations entre un fonctionnaire et une bénéficiaire, et des gestes déplacés d’un employé sur une collègue. Plus...

La Municipalité de Lausanne continue de se taire sur l’affaire Martinet

Polémique Face aux élus, David Payot et Grégoire Junod n’ont pas été beaucoup plus bavards que dans la presse. Le PLR n’est pas satisfait des réponses obtenues. Plus...

Philippe Martinet ne travaille plus pour la ville de Lausanne

Départ Le chef du service des écoles et les autorités «ont convenu d’un commun accord de mettre un terme à leurs rapports de travail». L'ancien député a été la cible d'une enquête interne. Plus...

Philippe Martinet frappé par une enquête interne

Lausanne L’ancien député Vert est dans la tourmente. Des collaborateurs se plaignent de son comportement. Les autorités devraient éclaircir la situation dans les heures à venir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.