Enfants et seniors unis autour du livre

LittératureLe Prix Chronos est décerné chaque année par un public de lecteurs intergénérationnel. Des élèves et des dames de Crissier ont joué les jurés.

À la bibliothèque de l'Etablissement primaire et secondaire du Marcolet, élèves et retraitées échangent leurs avis sur les livres lus par tout le groupe.

À la bibliothèque de l'Etablissement primaire et secondaire du Marcolet, élèves et retraitées échangent leurs avis sur les livres lus par tout le groupe. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est l’histoire d’une drôle de grand-maman qui, l’espace d’une semaine, fête Noël, Pâques et la Chandeleur. Tout ça pour les beaux yeux de Barnabé, son petit-fils, qu’elle ne voit que rarement. «Il y a une suite à ce livre? demande une jeune fille. L’auteur devrait en écrire d’autres!» À la bibliothèque de l’établissement primaire et secondaire de Marcolet, à Crissier, la classe 7P2 est au grand complet pour parler littérature. Plus ou moins sagement assis, les élèves sont là pour donner tour à tour leur avis sur cinq romans qui concourent pour le Prix Chronos, consacré aux livres pour enfants.

Parmi les préférés, le livre d’Hubert Ben Kemoun Joyeuses Pâques et bon Noël! figure en bonne place. Mais les préados ne sont pas les seuls à être séduits. «Je ne sais pas si les enfants l’ont lu de la même manière que moi, mais ce roman m’a beaucoup touchée en tant que grand-maman. Il devrait être dans toutes les bibliothèques!» Avec quatre autres retraitées passionnées de lecture, Françoise Elsner participe elle aussi à cette rencontre. C’est que le Prix Chronos est décerné par un jury non seulement populaire, mais intergénérationnel. Organisé par Pro Senectute chaque année depuis 1997, il s’adresse à la fois à des enfants de 10 à 12 ans et à des seniors dans toute la Suisse romande. Plus de 2000 votes sont collectés entre janvier et février lors de dizaines de rencontres comme celle de Crissier.

«C’était long! C’était ennuyeux! C’était cool!»

«Ces moments d’échange sont l’occasion pour chacun de se rendre compte qu’il ne vit pas seulement dans son monde d’enfant ou dans son monde d’adulte», observe la bibliothécaire Marie-Claude Caccia, qui anime la lecture. Reste que, d’une génération à l’autre, les avis divergent plus souvent qu’ils ne convergent. Aux enfants les verdicts lapidaires: «C’était long! C’était ennuyeux! C’était cool!» Peut-être moins timides, les dames, elles, sont plus prolixes et bienveillantes. Mais la vérité ne sort-elle pas de la bouche des enfants?

«Il n’y a pas beaucoup d’enfants de cet âge qui lisent avec passion, mais j’aime ces échanges, même s’ils peuvent être difficiles à mettre en route», observe Françoise Elsner. Pour Marie-Claude Caccia, le tout est de créer une incitation à la lecture: «On espère que cela laissera une petite trace chez les élèves!» Le lauréat du Prix Chronos sera dévoilé le 25 avril lors du Salon du livre, à Genève.

Créé: 21.02.2018, 10h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.