Passer au contenu principal

Des enfants de victimes et de nazis unis pour raconter la Shoah aux gymnasiens

Quatre témoins de deuxième génération ont partagé jeudi avec les jeunes une émotion intacte face à l’horreur.

Deux enfants d’officiers nazis et deux enfants de résistants assassinés dans les camps ont témoigné face aux gymnasiens, jeudi à l’aula du Palais de Rumine.
Deux enfants d’officiers nazis et deux enfants de résistants assassinés dans les camps ont témoigné face aux gymnasiens, jeudi à l’aula du Palais de Rumine.
Philippe Maeder

«Pendant les dernières années de la vie de mon père, je sentais de plus en plus qu’il était un assassin.» Plusieurs fois, Ulrich Gantz a eu la voix brisée en livrant son témoignage face à des dizaines de gymnasiens. C’était jeudi matin, au Palais de Rumine, à Lausanne. Deux enfants d’officiers nazis et deux enfants de résistants assassinés dans les camps ont partagé leurs histoires. Un quatuor improbable, réuni par un héritage douloureux, mais aussi par le désir de maintenir vivant le souvenir de la barbarie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.