L’EPFL a copié les ailes des oiseaux pour rendre les drones plus agiles

TechnologieLe Laboratoire de systèmes intelligents de la haute école a conçu un drone capable de changer la forme de ses ailes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En regard de l’agilité d’une hirondelle ou d’un martinet, les drones actuels – avions ou hélicoptères – ont plutôt l’air de briques volantes. Mais grâce aux travaux entrepris par le Laboratoire de systèmes intelligents de l’EPFL, la prochaine génération d’oiseaux mécaniques devrait nettement se rapprocher des capacités de ses cousins bien vivants. Le secret? Des extrémités d’ailes capables de monter, de descendre, de s’ouvrir ou de se refermer… comme le font les rémiges primaires, ces grandes plumes disposées aux extrémités des ailes des volatiles.

«En modifiant leur forme, les oiseaux obtiennent une capacité d’adaptation aux différentes conditions de vent que les drones n’ont pas», explique Dario Floreano, le directeur du laboratoire lausannois, dans une petite vidéo de présentation disponible sur notre site Internet. «Nous nous en sommes donc inspirés pour concevoir un nouveau type de drone capable de modifier la forme de ses ailes.»

Le poids étant l’ennemi du vol, la grande difficulté était de créer un mécanisme à la fois léger et suffisamment puissant pour faire varier la forme de l’aile. Là encore, la nature a servi d’exemple, puisque la solution retenue consiste en des sortes de «plumes» en nylon pouvant glisser les unes sur les autres.

Si le but premier était de gagner en adaptabilité, les tests grandeur nature ont rapidement montré un autre avantage: «Nous avons découvert que nous n’avions plus besoin d’aileron pour aider notre drone à tourner. En changeant son envergure et sa superficie en vol, nous le faisons virer automatiquement». Exactement ce que font naturellement les oiseaux en étendant une de leurs ailes tout en rétractant légèrement l’autre. Enfin, la possibilité de réduire la surface des ailes permet de voler à plus grande vitesse et d’économiser du carburant.

Avec son drone bio-inspiré utilisant la technique du morphing , l’équipe de Dario Floreano a donc créé un aéronef capable de virer serré tout en étant capable de s’adapter à des vents changeants ou violents. De quoi ouvrir de nouvelles perspectives d’utilisation, notamment à basse altitude et dans les environnements urbains où les vents restent incontrôlables. Les résultats de cette recherche viennent d’être publiés dans la revue Interface Focus éditée par The Royal Society. (24 heures)

Créé: 16.12.2016, 06h53

Articles en relation

A Yverdon, un drone effarouchera les corbeaux

Faune Les cris des corbeaux freux rendent fous les habitants. La Ville veut les effrayer avec un drone et n'exclut pas les tirs. Plus...

Les as des as du drone de vitesse se mesurent à Payerne

Première Les meilleurs pilotes de drone du pays et plusieurs équipes européennes rivalisent de vitesse et de figures aériennes sur l'aéropôle de Payerne. Ce championnat du monde est une première en Suisse. Plus...

Amazon effectue sa première livraison par drone

Grande-Bretagne Le géant américain du commerce en ligne a annoncé avoir réalisé sa première livraison par l'intermédiaire d'un drone. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...