Les étudiants réagissent au renchérissement des taxes d'études

VaudLes écoles polytechniques sont favorables à une augmentation de l'écolage de 500 francs par an. Les étudiants oscillent entre inquiétude et raison.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Pour un étudiant, une augmentation de 500 francs représente un abonnement Mobility, un mois de loyer ou encore des livres universitaires. C’est donc un montant tout à fait conséquent.» Président d’AGEPoly, l’association des étudiants de l’EPFL, Arnaud Boissaye se montre inquiet à la suite de l’annonce émise par le Conseil des écoles polytechniques fédérales (EPF). Celui-ci vient de déclarer son soutien à une augmentation de la taxe d’étude de 500 francs par an. Ceci dans les deux écoles, à Lausanne et à Zurich.

Cette volonté s’inscrit dans une démarche dont on parle depuis plusieurs années. Elle avait été chiffrée en 2016 à la suite d’un programme d’économies du Conseil fédéral. Il s’agissait alors de doubler les taxes d’études. Les étudiants étaient montés aux barricades afin de défendre l’accès à une formation ouverte à tous. La Jeunesse socialiste vaudoise avait également adressé une pétition de 2500 signatures au Conseil fédéral.

Les négociations ont avancé puisque la hausse prévue ne représente désormais plus que 40%. A l’EPFL, la taxe annuelle passerait ainsi de 1160 à 1660 francs par an. Cette augmentation devrait se faire en deux temps à partir de l’année académique 2019-2020.

Le Conseil des EPF justifie cette augmentation «modérée et socialement acceptable» par la qualité d’un enseignement dispensé dans des disciplines telles que les technologies et les sciences naturelles. Les cursus sont donc coûteux. L’organe fédéral de direction et de surveillance des écoles polytechniques souligne, en outre, le fait que les taxes des deux institutions n’ont pas été augmentées depuis 2004. Il ne s’agissait alors que d’une simple adaptation au renchérissement.

«On arrive aux limites des capacités du campus de l’EPFL»

A l’EPFL, le vice-président pour l’Education précise: «Cette taxe atteindrait 1850 francs aujourd’hui si elle avait été indexée chaque année», dit Pierre Vandergheynst. Il rappelle en outre que les tarifs augmentés maintiennent l’EPFL «dans le tiers des écoles les moins chères de Suisse». Or le nombre d’étudiants ne cesse d’augmenter. «Davantage d’étudiants permettent d’encaisser plus d’argent, c’est vrai, dit Pierre Vandergheynst. Mais cela ne couvre pas les besoins en matière d’encadrement et d’infrastructures, alors qu’on arrive aux limites des capacités du campus de l’EPFL.» Des investissements devront être encore consentis.

Du côté des étudiants, l’annonce est contrastée. En mars 2016, le doublement annoncé de la taxe avait suscité une hostilité qui, ce vendredi à l’EPFL, ne se confirmait pas (voir les témoignages dans la galerie ci-dessus).

L’association des étudiants ne se prononcera officiellement que mardi, mais son président se montre critique. «Cette augmentation n’est pas envisageable de notre point de vue, dit Arnaud Boissaye. Elle est contraire à la logique de l’accès aux études pour tous, qui voudrait au contraire que les taxes d’études progressent vers le bas.» De fait, le ton se veut plus conciliant. «Nous comprenons que l’augmentation du nombre d’étudiants a un coût, dit l’AGEPoly. Si la taxe est confirmée, on devra s’assurer de deux choses: qu’elle soit supportable pour tous et que l’intégralité de ce supplément revienne à la formation des étudiants.» Un dernier point qui semble dans la ligne de l’EPFL. «Nous nous sommes engagés à ce que toutes les recettes supplémentaires soient dédiées aux étudiants», rappelle Pierre Vandergheynst.

La hausse de la taxe pourrait être définitivement adoptée au printemps prochain, au terme d’une période de consultation. (24 heures)

Créé: 29.09.2017, 21h21

Articles en relation

Les taxes des EPF vont fortement augmenter

Formation Les hautes écoles réfléchissent à une hausse de plus de 40% de la participation financière des étudiants. Plus...

Etudiants en colère face au doublement des taxes

EPFL Confronté aux coupes budgétaires, Patrick Aebischer veut faire passer les taxes de 1200 à 2400 francs par an. Consternation Plus...

A l'EPFL, des étudiants protestent contre la hausse des taxes d'études

Campus Une petite centaine de personnes ont exprimé leur opposition au projet de doublement des frais d'inscription. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...