Faut-il lâcher Athletissima? La question n’est plus taboue

Projet Métamorphose à LausanneLe débat semble inévitable avant de retaper le stade de la Pontaise, voué à la démolition.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le stade d’athlétisme au nord de Lausanne, à la Tuilière, pour 50 millions de francs; le stade de foot jumelé avec une piscine olympique, au sud, dans le secteur des Prés-de-Vidy, au prix de 200 à 250 millions. Et la démolition de la Pontaise afin de laisser l’écoquartier des Plaines-du-Loup prendre ses aises avec ses 3000?logements. Le schéma semblait limpide après le oui lausannois, en septembre 2009, au projet Métamorphose. Patatras: la Municipalité vient d’annoncer que la réalisation de la Tuilière, prévue en 2015-2016, est repoussée à l’horizon 2022 afin d’étaler les dépenses. Et voilà que ressort, du côté du PDC, l’idée d’un stade mixte, terrain de foot et piste d’athlétisme, aux Prés-de-Vidy. La Municipalité est contre, mais elle n’est pas la seule!

Le poids des investisseurs

A un an de présenter leurs plans dans le cadre du concours prévu par la ville, les quatre investisseurs pressentis pour le partenariat public-privé des Prés-de-Vidy ne sont guère sensibles à la nature elle-même du stade, «à l’anglaise», avec les tribunes longeant le terrain, ou avec la présence d’un anneau d’athlétisme qui sépare les spectateurs des joueurs. En revanche, Losinger-Marazzi, Implenia, Marti et HRS regardent de plus près le terrain de 120?000?m2 voisin, sur lequel l’un d’eux, au bénéfice d’un droit de superficie, engagera jusqu’à 500 millions dans un ensemble mixte formé de logements, de bureaux et de commerces. Une partie du retour sur l’investissement, une centaine de millions, servira au stade. Or, l’option mixte «modifierait de manière très conséquente le projet architectural retenu», déclare César Vuadens, responsable réalisation pour la Suisse romande chez HRS. En clair, la surface sportive s’étendrait et réduirait l’opération privée.

Le non des sportifs

Les milieux sportifs rejettent l’idée du PDC. «Les footballeurs seraient les principaux lésés», relève Georges-André Carrel, qui avait pris la tête, en 2009, des clubs sportifs favorables à Métamorphose. «L’option mixte, au sud, n’est pas concevable», confirme Guy Coudray, président du Lausanne Sports Athlétisme, qui ne serait pas contre le maintien de la Pontaise. Mais les chances de voir l’option «Pontaise conservée» revenir sur le tapis sont maigres, car cela signifierait l’amputation d’un quart de l’écoquartier. Cette Pontaise, il faudra dès lors bien la retaper en attendant la Tuilière. Eclairage, sanitaires, secteur médias… «Nous devons montrer ce qui sera fait au printemps 2014, sinon, nous perdons notre licence», déclare Jacky Delapierre, patron d’Athletissima, le rendez-vous annuel de l’élite mondiale de l’athlétisme. On évoque un coût de 10?millions, dont deux à trois pour l’éclairage.

«Pas de tabou»

Vaut-il la peine d’investir autant pour un stade condamné? Les socialistes ouvrent une brèche: «Il n’y a pas de tabou. Si nous devons discuter de l’opportunité de maintenir ou non Athletissima, nous le ferons. Sans pour autant dire que nous sommes prêts à lâcher la manifestation, il ne doit pas y avoir d’aspect intouchable», déclare Rebecca Ruiz, présidente.

Jacky Delapierre n’y croit pas: «On ne va pas renoncer pour quelques millions à une manifestation en osmose avec la ville.» Il peut compter sur le soutien des libéraux-radicaux: «Athletissima est une manifestation phare. On ne va pas démonter ce que les organisateurs ont mis trente ans à construire», déclare Nicolas Gillard, président du PLR lausannois. Quant aux Verts, ils ne semblent pas prêts à lâcher Athletissima, qui, par ailleurs, «tient au cœur» de l’UDC. Le POP/Gauche en mouvement sourit: «On aurait mieux fait de placer le logement en bas et de garder la Pontaise», relève Alain Hubler.

Créé: 23.02.2012, 21h12

Programme provisoire pour trois sites

Dès 2014 L’écoquartier des Plaines-du-Loup, avec ses 3000 logements, devrait commencer à voir le jour dans deux ans, par étapes, sur le plateau de la Blécherette. L’objectif est de remettre les clés aux premiers habitants dès 2016.

2020 C’est l’horizon temporel retenu aujourd’hui pour la réalisation des Prés-de-Vidy: stade de foot «à l’anglaise» de 13 000 places, piscine olympique, parking-relais, ensemble de logements et de commerces, le tout pour un coût de 700 millions.

2022 et au-delà C’est le nouveau délai pour la réalisation de la Tuilière, prévue à l’origine en 2015-2016. Ce secteur doit accueillir un stade d’athlétisme (50 millions de fr.), un centre de football (35 millions) et une salle multisports.

Sondage

Faut-il lâcher Athletissima ou investir 10 millions à la Pontaise en attendant la Tuilière?





Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.