Faut-il remplacer les cortèges de supporters par des convois spéciaux?

HooliganismeUn élu propose des bus pour acheminer les supporters adverses entre la gare et le stade, comme à Zurich. Lausanne n’en veut pas.

Quand les supporters adverses arrivent à Lausanne par des trains spéciaux, ils rejoignent le stade en cortège. La circulation est bloquée et la police mobilisée tout au long du parcours.

Quand les supporters adverses arrivent à Lausanne par des trains spéciaux, ils rejoignent le stade en cortège. La circulation est bloquée et la police mobilisée tout au long du parcours. Image: Chris Blaser

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les cortèges de supporters entre la gare CFF et le stade du Lausanne-Sport préoccupent toujours Louis Dana. Dans un postulat déposé en mars 2017, le conseiller communal PS demandait à la Municipalité d’envisager le recours à des bus, quand les fans adverses arrivent par des trains spéciaux, pour limiter le risque de troubles à l’ordre public et l’impact sur la circulation routière. Une idée repoussée par l’Exécutif un an plus tard.

Mais l’élu n’en démord pas, il insiste pour que la capitale s’inspire du modèle zurichois, qu’il est récemment parti expérimenter sur le terrain. «J’ai pris contact avec les Transports publics zurichois et j’ai pu suivre deux cortèges de supporters, raconte Louis Dana. J’y ai vu cinq bus qui transportent 700 personnes entre la gare et le stade du Letzigrund. Le trajet a été effectué en cinq minutes, les véhicules n’ont pas subi de déprédations et le nombre de policiers mobilisés est sûrement moins élevé que pour encadrer un groupe qui se déplace à pied.»

À Zurich, la police suit le cortège mais n’est pas présente dans les bus. Ceux-ci sont par contre équipés d’une porte spéciale pour protéger le chauffeur. «Pour en avoir bien discuté avec les responsables, ils disent qu’ils ne reviendraient jamais en arrière», ajoute le conseiller.

«Un système plus strict peut entraîner des réactions plus virulentes et difficiles à maîtriser»

«Je m’inscris en faux contre l’analyse de Monsieur Dana qui est une analyse de beau temps. En Suisse alémanique, il y a actuellement de nombreuses violences de la part de hooligans, contre d’autres supporters ou contre les policiers, répond le municipal de la Sécurité Pierre-Antoine Hildbrand. À ce jour, nous avons heureusement évité ça à Lausanne. Il faut bien comprendre qu’un système plus strict peut entraîner des réactions plus virulentes et difficiles à maîtriser.» L’élu rappelle que la Municipalité avait largement motivé sa réponse, en mars 2018, pour repousser l’idée d’un tel cortège motorisé.

Elle citait notamment l’absence de convention cosignée avec le club adverse ou les supporters pour une prise en charge financière d’éventuels dégâts, la «tradition helvétique» de pouvoir défiler jusqu’au stade et ainsi «marquer son territoire» ou encore l’impossibilité de diminuer les effectifs policiers puisqu’il faudrait quand même sécuriser le convoi et réguler la circulation. L’Exécutif rappelait enfin que très peu d’incidents ont été recensés ces dernières années et invitait à une réflexion cantonale ou nationale.

Plus dur avec le futur stade

Sauf que Louis Dana signale que la situation pourrait se complexifier à l’avenir. «Le futur stade de la Tuilière sera encore plus loin de la gare, il sera proche d’un aérodrome et des sorties d’autoroute. La problématique s’en trouvera renforcée.» Il précise qu’il envisage un nouveau postulat dans le cas où le Lausanne-Sport, actuellement en Challenge League, retrouverait l’élite.

«Nous resterons attentifs à l’évolution des comportements. Le futur métro aura de l’influence et la Ligue pourrait aussi changer de position, peut-être irons-nous vers moins de déplacements de supporters, comme au hockey, envisage Pierre-Antoine Hildbrand. C’est un problème qui prend beaucoup d’importance au niveau suisse et nous ne pouvons pas laisser ce genre de violences se développer.»

Louis Dana estime néanmoins que Lausanne devrait prendre les devants. «Bien que des lois existent, la Suisse accuse un retard gigantesque dans la lutte contre le hooliganisme. Le Concordat instituant des mesures contre la violence lors de manifestations sportives laisse la possibilité d’organiser les arrivées et départs de supporters, il faut donc s’en servir.» L’élu suggère que les bus en question soient financés directement par la Swiss Football League.

Créé: 31.10.2018, 21h00

Articles en relation

Mondial: une dizaine d'interpellations à Lausanne

Vidéo Après la qualification de l'équipe de Suisse pour les 1/8 de finale, des supporters ont utilisé des fumigènes à St-François. La police est intervenue. Plus...

Pour le match LS-Thoune, le dispositif de sécurité avait été renforcé à la Pontaise

Football Sébastien Kraft, le responsable de la sécurité du Lausanne-Sport, apporte de nouveaux éléments suite aux incidents ayant émaillé la rencontre de dimanche. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.