La ferme du campus sera durable et biodynamique

AgricultureL’UNIL et l’EPFL ont confié l’exploitation de 7 hectares à un jeune collectif mêlant agriculteurs et ingénieurs.

En plus de la production de céréales et de légumes, l’exploitation reposera sur un cheptel de brebis.

En plus de la production de céréales et de légumes, l’exploitation reposera sur un cheptel de brebis. Image: CHANTAL DERVEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’EPFL et l’Université de Lausanne ont un domaine agricole et il sera désormais 100% durable. Après une mise au concours, les deux hautes écoles viennent de choisir un collectif de sept jeunes agriculteurs et ingénieurs agronomes pour gérer la Ferme de Bassenges. Jusqu’en 2017, celle-ci était gérée par un agriculteur du cru, disparu depuis.

Le cadre était déjà unique, puisque la vieille maison du XVIIIe siècle, sa grange et sa maison vigneronne ont une vue imprenable sur le très moderne SwissTech Convention Center en bordure du campus de l’EPFL. Désormais, le domaine entrera dans une nouvelle ère, en passant notamment au bio et même à la biodynamie.

Avec seulement 7 hectares de terres, le domaine a beau être petit, il n’est en pas moins ambitieux et se pose en «microferme agroforestière de polyculture-élevage». Autrement dit, la Ferme de Bassenges multipliera les techniques agricoles, ce qui devrait lui permettre d’atteindre un objectif: «Nous voulons tendre vers un fonctionnement en circuit fermé. Cela veut dire par exemple que nous produirons notre propre compost et notre propre fumier sans les faire venir de l’extérieur», explique Mélodi Binay, l’un des membres du collectif.

Techniques ancestrales

En plus de la production de céréales et de légumes, l’exploitation reposera sur un cheptel de brebis, qui a déjà pris ses quartiers, et accueillera bientôt des cochons, des poules et même deux chevaux de trait. Chacun aura son rôle. «Les chevaux participeront aussi à notre autosuffisance, car nous pourrons nous passer de machines que nous n’avons de toute façon pas les moyens d’acheter», détaille Baptiste Calliari, le maraîcher du groupe. Technique ancienne s’il en est, la traction animale a en plus un avantage écologique: «Le tassement des terres causé par les machines agricoles est un gros enjeu aujourd’hui, ajoute Mélodi Binay. Les chevaux ont moins d’impact, ce qui permet de ramener de la biodiversité dans les sols.»

«On se réapproprie des techniques anciennes en les associant aux connaissances scientifiques d’aujourd’hui»

Baptiste Calliari, maraîcher

La Ferme de Bassenges se mettra également à l’agroforesterie, une technique qui consiste à planter des lignes d’arbres entre les lignes de culture. «Cette association améliore non seulement la production, mais aussi la biodiversité», explique Baptiste Calliari, non sans préciser que ce savoir existe depuis des milliers d’années. «On fait en quelque sorte un «retour en avant». On se réapproprie des techniques anciennes en les associant aux connaissances scientifiques d’aujourd’hui. De nombreuses pratiques développées ces dernières années dans l’agriculture ont des impacts négatifs sur l’environnement. On ne garde que ce qui marche.»

Vente directe

Pour exploiter le domaine des hautes écoles, le collectif bénéficiera de certains avantages, notamment un loyer très symbolique de 1franc pour les terres et pour la ferme, où les jeunes agriculteurs habiteront désormais. En contrepartie, ils devront répondre à certaines exigences, notamment convertir l’exploitation au bio. Le collectif ira toutefois plus loin en se mettant à la biodynamie, un mode d’agriculture basé entre autres sur les cycles de la nature.

Autre exigence de l’UNIL et de l’EPFL, la Ferme de Bassenges proposera de la vente directe, pour les usagers du campus et le reste de la population. Il devrait y avoir des produits laitiers dès le mois d’avril, issu du cheptel de brebis, puis des légumes dès le mois de juin, selon la météo.

Créé: 29.02.2020, 08h07

Articles en relation

Cartonner au box office grâce à l’EPFL

Technologie Une start-up lausannoise est au festival de Berlin pour présenter un logiciel capable de prédire le succès commercial des films. Plus...

L’UNIL, championne suisse des unis durables

Classement L’Université de Lausanne décroche la 1re place d’un classement national concocté par le WWF. L’EPFL s’en tire bien aussi. Plus...

L’EPFL teste les potagers domestiques du futur

Durabilité La cafétéria du campus accueille des serres automatisées. Deux étudiants comptent bien commercialiser le concept. Plus...

L’EPFL vouait à la casse de vrais trésors

Le Matin Dimanche Plusieurs ordinateurs anciens ont été sauvés en urgence par les bénévoles du Musée Bolo. Ils rappellent la valeur d’un tel patrimoine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.