La Ferme des Tilleuls a un an et de grandes ambitions

CultureLe lieu culturel de Renens cherche encore son public, tout en préparant l’installation d’une œuvre d’art brut qui se verra de très loin.

L’équipe de programmation de la Ferme des Tilleuls (de g. à dr.): Bastien Genoux, Melchior Jacquérioz, Mario Del Curto, Yanis Carnal, Gaëtan Wild, André Rouvinez et Emmanuel Dayer.

L’équipe de programmation de la Ferme des Tilleuls (de g. à dr.): Bastien Genoux, Melchior Jacquérioz, Mario Del Curto, Yanis Carnal, Gaëtan Wild, André Rouvinez et Emmanuel Dayer. Image: CHANTAL_DERVEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cela fait tout juste un an qu’elle a ouvert ses portes à Renens, mais la Ferme des Tilleuls n’a pas fini de s’inventer. L’ancienne maison de maître avait été rachetée par la Commune pour en faire un lieu culturel pas comme les autres. Pour l’instant, le contrat paraît rempli, avec deux expositions au compteur et une troisième qui vient de commencer, toutes farouchement hors des sentiers battus. En un an, l’institution a aussi aligné environ une quarantaine d’événements satellites, allant du concert à la conférence en passant par les projections de films, les apéros et les goûters dansants. Le tout gratuitement. Entre les lignes se dégage un objectif: ne pas «faire musée».

Le photographe Mario Del Curto tente une définition: «La Ferme des Tilleuls, ce n’est pas de la photo, de la peinture ou du théâtre. Nous voulons en faire un lieu de convivialité.» Véritable initiateur du lieu, avec l’ancienne syndique de Renens Marianne Huguenin, il en orchestre désormais la programmation, appuyé par le collectif d’artistes Un Autre Regard.

Chatouiller l’imaginaire avec des idées singulières, telle pourrait être la marque de fabrique de la Ferme des Tilleuls. «Théâtres en utopie», l’exposition en cours, présente ainsi 80 maquettes de projets architecturaux aussi extraordinaires que jamais réalisés, parmi lesquels un amphithéâtre pivotant conçu au Ier siècle de notre ère. Mario Del Curto les a fait venir à Renens après les avoir découverts à Nantes, au Lieu Unique, que dirige son ami Patrick Gyger.

Mais la Ferme des Tilleuls ne fait pas qu’accueillir des expos, elle en produit également, comme celle consacrée cet hiver au peintre français René Moreu, une figure de l’art dit singulier. «Je le connais depuis longtemps, précise Mario Del Curto. Il est issu d’un milieu populaire, engagé dans la lutte antifasciste. Ce n’est pas un artiste «luxueux». Il travaille avec les moyens du bord. Plus que montrer son œuvre, il me semble que raconter son histoire est une manière de créer des ponts avec les gens.»

Prises de risques

Pour la Commune de Renens, l’investissement dans la rénovation de la Ferme des Tilleuls se chiffre en millions, et le programme actuel est couvert par une enveloppe de pas moins de 300 000 francs par an. À l’heure du premier bilan, un constat n’a pas échappé à Marianne Huguenin: «Nous aurions aimé une plus forte fréquentation, mais pour un début nous sommes contents. Nous avons conscience que c’est un lieu qui reste peu connu, même à Renens. Il n’est pas encore ancré dans l’esprit des gens.» La Ferme des Tilleuls n’est pas le moindre des héritages laissés par l’ancienne syndique. Mais, si c’est bien la première institution du genre dans l’Ouest lausannois, l’offre culturelle de Lausanne lui fait une concurrence très rude. Alors, pour faire la différence, elle affiche de grandes ambitions. Derrière la maison de maître, une imposante annexe est en cours de rénovation pour devenir un véritable lieu de création. À terme, elle pourra accueillir trois hébergements pour des artistes en résidence, des ateliers et des espaces administratifs. «C’est une chance, mais la question des financements se pose encore, concède toutefois Yanis Carnal, l’un des membres de l’équipe de programmation. Les résidences ne sont pas couvertes par les financements de la Commune. Il faudra en trouver.» L’une des artistes que pourrait accueillir cette annexe est Danielle Jacqui, qui a fait don à la Ferme des Tilleuls d’une œuvre colossale. Cette dernière dort pour l’instant dans cinq containers devant l’entrée de la maison de maître. L’assembler pour en faire une énorme structure sera le projet phare de l’institution ces prochaines années.

«Ce sera une construction exceptionnelle dans le domaine de l’art singulier, se réjouit Mario Del Curto. Sa résonance devrait aller au-delà de l’Ouest lausannois, voire de Suisse, et faire de Renens un pôle fort.»

Une campagne de levée de fonds doit être lancée cet automne. Un défi qui ne fait pas peur au photographe épris d’artistes rares: «C’est un risque, une audace. Mais la Ferme des Tilleuls se situe dans la marge. Cela en fait un projet plus risqué que ne l’est le Pôle muséal, par exemple.»

«Théâtres en utopie», Ferme des Tilleuls, rue de Lausanne 52, Renens Jusqu’au 23 septembre. Entrée libre

«Le colossal d’art brut» – aussi appelé «ORGANuGAMME II» – attend dans ses containers depuis son arrivée à Renens au printemps 2016. L’œuvre géante est le fruit de dix ans de travail de l’artiste française Danielle Jacqui, qui a créé un par un ses 4000 éléments de céramique peinte aux couleurs vives. Ce colossal avait été conçu à l’origine pour orner la façade de la gare d’Aubagne, dans le sud de la France, mais sera finalement accueilli à Renens par la Ferme des Tilleuls. On en sait plus désormais sur la forme qu’il pourrait prendre. Au terme d’un travail avec l’artiste, l’architecte lausannois Jean-Gilles Décosterd a dessiné une structure de 13 mètres de hauteur sur 14 de largeur et 20 de longueur, qui devra porter les 36 tonnes que pèse l’ensemble des céramiques. Danielle Jacqui interviendra pour les disposer sur ce squelette monumental. Selon les estimations de la Ferme des Tilleuls, le colossal devrait attirer environ 20 000 visiteurs par an. Le budget de son édification est estimé à 1,8 million de francs. Des fonds qu’il faut encore rassembler. (24 heures)

Créé: 22.05.2018, 08h06

Une structure de 13 mètres de hauteur

«Le colossal d’art brut» – aussi appelé «ORGANuGAMME II» – attend dans ses containers depuis son arrivée à Renens au printemps 2016. L’œuvre géante est le fruit de dix ans de travail de l’artiste française Danielle Jacqui, qui a créé un par un ses 4000 éléments de céramique peinte aux couleurs vives. Ce colossal avait été conçu à l’origine pour orner la façade de la gare d’Aubagne, dans le sud de la France, mais sera finalement accueilli à Renens par la Ferme des Tilleuls.

On en sait plus désormais sur la forme qu’il pourrait prendre. Au terme d’un travail avec l’artiste, l’architecte lausannois Jean-Gilles Décosterd a dessiné une structure de 13 mètres de hauteur sur 14 de largeur et 20 de longueur, qui devra porter les 36 tonnes que pèse l’ensemble des céramiques. Danielle Jacqui interviendra pour les disposer sur ce squelette monumental. Selon les estimations de la Ferme des Tilleuls, le colossal devrait attirer environ 20'000 visiteurs par an. Le budget de son édification est estimé à 1,8 million de francs. Des fonds qu’il faut encore rassembler.

Théâtres en Utopie

Exposition jusqu'au 23 septembre. Entrée libre. www.fermedestilleuls.ch

Une installation artistique de 13 mètres de haut

Articles en relation

Le photographe qui aime la marge plus que le cadre

Mario Del Curto Instigateur et directeur artistique de la Ferme des Tilleuls, à Renens, il puise dans ses révoltes pour raconter les hommes et la nature dans leur fragilité. Plus...

A Renens, un café tout en culture et douceur de vivre

Tout neuf Le Café des Tilleuls est né en même temps que l'espace culturel de la Ferme des Tilleuls. Plus...

Le rêve de la Ferme des Tilleuls à Renens devient réalité

Culture Dès samedi, la Ferme devient un lieu de culture ouvert à tous. Plus...

«Le Colossal» pose pied à la Ferme des Tilleuls à Renens

Installation Arrivée hier après 531 km de route, l’œuvre offerte par l’artiste attendra l’été pour emballer le futur centre pluridisciplinaire. Plus...

Une œuvre «colossale» pour la Ferme des Tilleuls

Art Une artiste française veut faire don de sa dernière et originale création à la fondation qui va gérer le futur lieu culturel. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.