Passer au contenu principal

Une fête pour montrer le vrai visage du Maupas

L’association France-Collonges-Maupas souffle ses 15 bougies ce samedi.

Anna Perrenoud (à dr.) distribue les prospectus concoctés par l’association de quartier pour la fête de samedi.
Anna Perrenoud (à dr.) distribue les prospectus concoctés par l’association de quartier pour la fête de samedi.
PATRICK MARTIN

C’est un quartier de Lausanne qui s’est retrouvé sous les feux des projecteurs en mai dernier, bien malgré lui, alors que le cinéaste Fernand Melgar ameutait politiques et médias dans sa lutte contre les dealers de rue. Le Maupas. Ce samedi 1er septembre toutefois, à mille lieues de l’emballement du printemps dernier, c’est un tout autre visage que le quartier présentera à l’occasion d’une fête populaire qui marquera les 15 ans de l’association de quartier France-Collonges-Maupas. «Ce quartier est tellement riche et tellement diversifié. Il est surprenant», assure Anna Perrenoud, membre du comité. Devant la Migros du Maupas en cette fin de journée de mercredi, Anna Perrenoud tracte.

L’association de quartier a édité près de 2000 prospectus qui décrivent, par le menu, le programme de la fête de samedi. Toutes les animations reflètent la diversité du quartier: un concours de dactylo par le Musée de la machine à écrire, un atelier d’origami, un loto humoristique animé par le localier Yann Marguet, une démonstration de flamenco, ou encore des projections au Cinéma Oblò. Les passants marquent le pas. Rares sont ceux qui refusent de prendre un tract. Les plus chargés en courses demandent qu’on le leur glisse directement dans leur panier. Et avec le sourire.

À l’origine il y a quinze ans, l’association France-Collonges-Maupas s’est créée pour revendiquer une zone 30 km/h dans tout le quartier. Elle l’a obtenue, mais elle ne s’est pas dissoute pour autant. Elle a même remporté d’autres victoires, comme la pose d’un banc à côté de la fontaine du Maupas. «Nous avons aussi été impliqués dans la réhabilitation du square d’Échallens ou la création d’une fresque sur le mur extérieur du Centre pédagogique pour les élèves handicapés de la vue», détaille Anna Perrenoud. Elle est à l’image du nouveau comité de l’association, constitué il y a une année. Il y a entre autres un ingénieur en génie civil, un coordinateur du bénévolat, une conseillère en insertion, une retraitée, un médiateur culturel…

Ils se sont fixé trois axes majeurs pour leur quartier: poursuivre son animation, y développer les relations intergénérationnelles, et devenir un véritable partenaire de la Ville, notamment autour de l’espace public.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.