Les finances de Lausanne passées au peigne fin

VaudLe Conseil communal a consacré un long débat ce mardi soir aux comptes 2018 qui bouclent avec 27,7 millions de déficit.

La municipale Florence Germond a appelé à «l'honnêteté intellectuelle» des élus au moment d'examiner les comptes.

La municipale Florence Germond a appelé à «l'honnêteté intellectuelle» des élus au moment d'examiner les comptes. Image: VANESSA CARDOSO/A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil communal de Lausanne s'est longuement penché, ce mardi soir, sur les comptes 2018. Affichant un déficit de 27,7 millions sur un total des charges de 1,764 milliard, l'exercice ne fait plaisir à personne. La municipale en charge, Florence Germond, note avec un certain dépit que la belle série des chiffres noirs entamée en 2011 s'est interrompue depuis deux ans. La faute au Canton, on l'a dit et redit, dont la facture sociale pèse trop lourd. La baisse des recettes à l'enseigne de la réforme de la fiscalité des entreprises est aussi en cause, même si des compensations sont prévues.

Cet état de fait ne suffit pas à expliquer l'entier de la situation, juge cependant la droite minoritaire. Pour Axel Marion, PDC du groupe Le Centre, une commune ne peut pas accepter d'avoir des charges en négatif: «On doit viser les chiffres noirs ou l'équilibre.» Faisant allusion aux mesures d'économie identifiées dans le PSAF (Plan structurel d'améliorations financières), le conseiller note que «la municipalité n'a pas encore fait les fonds de tiroir». Un point de vue que partage le PLR Mathieu Carrel, chef de groupe, qui aimerait que Lausanne puisse enfin baisser un peu ses impôts.

Ce n'est pas l'avis des socialistes et des Verts, et encore moins du groupe Ensemble à Gauche. La majorité craint la menace des coupes sur les prestations destinées à la population. Pour l'écologiste Benjamin Rudaz, la marge d'économies est atteinte dans plusieurs services et le pas suivant consisterait à s'attaquer aux prestations. Johann Dupuis, d'Ensemble à Gauche, insiste pour sa part sur la nécessité de ne pas diminuer les investissements: «Le sous-investissement sera plus difficile à combler (ndlr, pour les générations futures) que la dette financière.»

L'UDC et le PLC se sont lancés dans une contre-analyse des comptes 2018. Aux yeux de Fabrice Moscheni (UDC) et de Valentin Christe (PLC), la mauvaise santé financière de Lausanne est bien plus sérieuse que la Municipalité ne veut le montrer. Suivant l'angle d'attaque et le périmètre des éléments comptables pris en considération, Lausanne pourrait être considérée comme une commune «en faillite», estime Fabrice Moscheni.

Florence Germond ne nie pas que la situation est «inquiétante». Mais elle insiste sur le fait que, malgré tout, 400 places ont été créées pour l'accueil des enfants et que des postes de policiers ont été ouverts, entre autres. À l'adresse de l'UDC et du PLC, elle en appelle à une certaine «honnêteté intellectuelle» au moment de débattre des comptes. Les éléments avancés par ces élus ne sont pas compréhensibles tels quels, estime-t-elle.

S'en est alors suivi un débat touffu sur la lisibilité des comptes de la Ville de Lausanne et sur les degrés de compréhension des uns et des autres. Dans une ambiance aigrelette, les conseillers ont fini par voter. Seuls l'UDC et le PLC se sont opposés aux comptes 2018; le PLR et le centre se sont abstenus. La majorité de gauche a en revanche dit oui, sans surprise. (24 heures)

Créé: 11.06.2019, 22h19

Articles en relation

Lausanne voit son magot fondre à cause du Canton

Comptes 2018 L’exercice se solde par un déficit de 27,7 millions malgré une politique stricte de maîtrise des charges. Le ton monte contre l’Etat. Plus...

Pourquoi Vaud prévoit-il ses revenus trop bas?

Finances En 14 ans, les rentrées d’argent de l’État ont été supérieures de 9,4 milliards de francs aux prévisions. Les spécialistes de Standard & Poor’s, à Paris, sont meilleurs en calcul. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.