Passer au contenu principal

Pour en finir avec «le désert de béton» de la Riponne

La Municipalité demande 800 000 francs pour repenser la place qui étale ses pavés au pied de Rumine, ainsi que celle du Tunnel.

Historiquement, la Riponne était un lieu d'interface entre la campagne et la ville.
Historiquement, la Riponne était un lieu d'interface entre la campagne et la ville.
Musée historique de Lausanne
En 1840, Lausanne organisait son premier marché à la Riponne.
En 1840, Lausanne organisait son premier marché à la Riponne.
Musée historique de Lausanne
Place du Tunnel vers 1905. Dès 1860, la place du Tunnel fut occupée par le marché au bois. La rue du Tunnel date de 1860. Les deux immeubles au centre seront détruits vers 1970. A droite, la ligne du tram Gare centrale - Saint-François - Hôpital - La Sallaz.
Place du Tunnel vers 1905. Dès 1860, la place du Tunnel fut occupée par le marché au bois. La rue du Tunnel date de 1860. Les deux immeubles au centre seront détruits vers 1970. A droite, la ligne du tram Gare centrale - Saint-François - Hôpital - La Sallaz.
Musée historique de Lausanne
1 / 10

Alors certes, il est un peu trop tôt pour s’imaginer refaisant le monde à l’ombre de ses platanes centenaires, mais 2026, mine de rien, c’est demain. Ou pratiquement. C’est en tout cas l’échéance qu’avance la Municipalité pour offrir aux Lausannois une nouvelle place de la Riponne. Et accessoirement, une nouvelle place du Tunnel dans le paquet. Pour s’attaquer à ce véritable serpent de mer, ou plutôt à ce «désert de béton» comme le qualifiait l’ancien syndic Daniel Brélaz, elle demande un crédit de 800 000 francs aux conseillers communaux pour l’organisation d’un concours d’urbanisme et la définition d’une image directrice pour l’aménagement de ce vaste secteur.

----------

----------

Les autorités lausannoises n’y vont pas par quatre chemins quand il s’agit de qualifier les deux places. «Elles ne sont pas à la hauteur de leurs potentiels. Elles font l’objet de fortes attentes de la part des Lausannois et méritent qu’on questionne leurs formes, leurs fonctions et leurs usages.» Avant elles, le Plan directeur communal (PDCom) y pointait également des «dysfonctionnements». A la Riponne par exemple, il mentionne que «le problème ne réside pas uniquement dans le traitement de sa surface et de son aménagement urbain et paysager, mais également dans la faiblesse de son cadre bâti et dans l’absence de rez-de-chaussée actifs.» Et pour ce qui est du Tunnel, «à l’exception des événements éphémères, ce lieu participe peu à l’animation et à la vie de quartier.» Voilà pour le constat d’ailleurs partagé par tous.

Tenir compte du confort thermique

Et la Municipalité de dégainer un plan de bataille qu’elle juge elle-même «ambitieux». Il faudra tout d’abord réaliser des études préliminaires, dont une analyse financière de préfaisabilité qui abordera l’urbanisme, le génie civil ou encore la nature et le paysage. Il sera notamment question de «confort thermique», dans une perspective d’adaptation aux changements climatiques et de lutte contre l’effet «îlot de chaleur». Cette phase du processus sera elle-même complétée par une étude historique, qui donnera lieu à une exposition, ainsi que par des expertises en mobilité et en génie civil.

Quant aux Lausannois, ils seront appelés à participer au projet de nouvelles places par deux fois, au minimum: lors de débats et d’ateliers lancés par l’exposition historique, en amont du concours d’urbanisme, et après ce même concours afin de débattre de la pertinence des résultats. Tous ces travaux, mêlant «expertise d’usage des Lausannois et créativité des professionnels», donneront alors la base pour l’élaboration d’une image directrice pour tout le quartier, tirant parti des projets primés.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.