En finir avec les «toilettes de la honte» place de la Riponne

Lausanne La Ville investit 350'000 francs pour rénover les WC publics qui servent de shootoir aux toxicomanes. La moitié sera payante.

Les toilettes publiques de la Riponne provoquent régulièrement la colère et la honte des riverains qui les prennent en photo et les postent sur les réseaux sociaux.

Les toilettes publiques de la Riponne provoquent régulièrement la colère et la honte des riverains qui les prennent en photo et les postent sur les réseaux sociaux. Image: Facebook

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Lausannois savent qu’en cas de besoins, même très pressants, mieux vaut accélérer le pas plutôt que de pousser la porte des toilettes publiques de la place de la Riponne. Insalubres, voire dangereuses en raison des seringues qui en tapissent le sol, elles sont devenues le shootoir des toxicomanes de la capitale vaudoise et provoquent régulièrement la colère et la honte des riverains. Sans parler du «propre en ordre» helvétique qui en prend un sérieux coup à chaque fois qu’un touriste ose s’y aventurer. Tolérée par les autorités, la situation va pourtant changer: la Ville a entamé la rénovation totale des lieux. Avec de nouvelles règles.

«Des essais seront menés quant à la taille des déchets évacués par l’installation. Les seringues devraient être retirées»

L’installation garde l’emplacement de la précédente, ainsi que son enveloppe d’ailleurs. Elle se composera de six cabines – deux pour les femmes, deux pour les hommes et deux adaptées aux personnes à mobilité réduite. «Le matériel choisi est en acier inoxydable, à la fois fonctionnel et robuste», assurent les autorités. Et pour garantir davantage de propreté qu’aujourd’hui, entre les tournées d’entretien, les cabines seront autonettoyantes. «La phase autonettoyante peut être programmée selon nos besoins avec l’avantage qu’elle s’adaptera aux spécificités des édicules concernés, qu’il s’agisse de leur fréquence d’utilisation ou de leur niveau de saleté», explique Stéphane Beaudinot, chef du Service de la propreté urbaine à Lausanne. Une période de tests permettra d’affiner au mieux ces réglages.

Payantes donc plus propres

Les seringues qui jonchent le sol seront-elles aspirées par le système? «Des essais seront menés quant à la taille des déchets évacués par l’installation automatique. Les seringues devraient être retirées par le système», avance le chef de service. Il tient toutefois à préciser que l’installation ne vise pas spécifiquement à régler une problématique de seringues laissées au sol mais «à nettoyer les déchets en général et à améliorer, entre les passages du personnel de nettoyage, la propreté de ces lieux quel qu’en soit le respect qui leur est accordé.» Nuance.

Autre innovation pour garder des toilettes dignes de ce nom: la Ville va tester l’introduction, pour chacun des binômes, d’un système de paiement sur l’une des deux cabines. L’accès à la seconde demeurant gratuit. Il en coûtera 1 franc pour s’y soulager. Stéphane Beaudinot: «L’expérience d’autres villes suisses a montré une sensible amélioration de la situation grâce à ce système. Il ressort par exemple d’une expérience réussie en ville de Zurich qu’une telle solution apporte davantage de respect des usagers et permet de maintenir ces lieux propres plus longtemps.»

Bientôt un local d’injection

Pendant les trois mois que dureront les travaux, des toilettes provisoires seront disponibles pour les usagers. Hasard du calendrier, c’est aussi à la rentrée que le local d’injection ouvrira ses portes au Vallon, non loin de là. À cette échéance, le municipal de la Police, Pierre-Antoine Hildbrand, a prévenu que «plus personne ne pourra se piquer dans la rue». Pour le chef du Service de la propreté urbaine, pourtant, l’utilisation que font les toxicomanes de ces toilettes publiques n’a pas dicté leur actuelle transformation. «Elles font partie d’un programme de rénovation des WC publics. En l’occurrence, six d’entre eux seront transformés en cabines autonettoyantes, dont Riponne et Saint-François.»

À noter que les cabines téléphoniques attenantes, qui servaient de dépôts aux marginaux de la place, ont été démontées il y a quelques semaines déjà. La surface dévolue au parcage des vélos en a été augmentée d’autant. (24 heures)

Créé: 12.06.2018, 18h27

Articles en relation

800'000 francs pour étudier la refonte de la Riponne et du Tunnel

Lausanne Les élus lausannois ont débloqué la somme nécessaire à de grandes études pour repenser ces deux places. Plus...

La drogue dicte toujours sa loi à la Riponne

Lausanne Les commerçants du quartier avaient crié leur désespoir en 2016. Malgré les mesures prises par la Ville, la situation reste «lamentable». Plus...

Sept ingrédients pour réussir sa place publique

Lausanne Quatre architectes urbanistes livrent leur vision. Le salut de la Riponne pourrait bien exiger plus de simplicité et d’unité. Plus...

La police vaudoise met les moyens contre le crime en ligne

Délinquance Dans un contexte de baisse générale de la criminalité, les délits sur Internet sont en hausse. La police se dote d’une brigade spéciale. Plus...

La police vaudoise met les moyens contre le crime en ligne

Délinquance Dans un contexte de baisse générale de la criminalité, les délits sur Internet sont en hausse. La police se dote d’une brigade spéciale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des parents et des enfants séparés par le rêve américain, paru le 19 juin
(Image: Bénédicte) Plus...