Frais et voyages: Lausanne joue la grande transparence

PolitiqueLa Ville publie la liste de ses voyages et leurs coûts, se dote d'une directive sur les cadeaux et dévoile ses notes de frais.

La Municipalité de Lausanne au complet. De gauche à droite: David Payot, Oscar Tosato, Florence Germond, Grégoire Junod, Jean-Yves Pidoux, Natacha Litzistorf, Pierre-Antoine Hildbrand.

La Municipalité de Lausanne au complet. De gauche à droite: David Payot, Oscar Tosato, Florence Germond, Grégoire Junod, Jean-Yves Pidoux, Natacha Litzistorf, Pierre-Antoine Hildbrand. Image: François Wavre (lundi 13)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Opération transparence pour la Ville de Lausanne. Et on la comprend, tant la démarche est à son avantage. À la vue des frais qu’engendrent les municipaux lausannois pour leurs voyages professionnels, Genève fait en tout cas une nouvelle fois figure de mauvais exemple. La démarche n’est pas tout à fait spontanée: la presse, mais aussi les conseillers communaux Sara Gnoni (Verts) et Matthieu Carrel (PLR) ont posé de nombreuses questions sur le sujet.

En 2017, les sept membres de l’Exécutif de la capitale vaudoise ont coûté 22'036 francs en frais de voyage. Ceux-ci englobent les transports – y compris en Suisse – les nuitées ainsi que les factures téléphoniques à l’étranger (lire en encadré).

Une directive détaille les modalités des notes de frais lors des déplacements. Ainsi, hors de question de se voir rembourser un repas ou un taxi. En revanche, chaque municipal reçoit une «indemnité forfaitaire annuelle de 10'000 francs» pour frais de représentation.

À titre de comparaison, pour la même année, l’ardoise des cinq conseillers administratifs genevois s’élève à 120'764 francs. Sont inclus, en plus des critères lausannois, notamment les frais de taxi.

Hébergement et transports

En 2017, cinq des sept membres de l’Exécutif de Lausanne n’ont rien coûté en termes d’hébergement ou de transports à l’étranger. Il s’agit de Natacha Litzistorf (Verts), Pierre-Antoine Hildbrand (PLR), Florence Germond (PS), Jean-Yves Pidoux (Verts) et David Payot (POP).

Ce sont ainsi les socialistes Grégoire Junod et Oscar Tosato qui totalisent la grosse majorité des frais. Le syndic a coûté 7049 francs en frais de transport et d’hébergements. Pour Oscar Tosato, responsable des Sports, ceux-ci s’élèvent à 7996 francs.

Les deux hommes voyagent principalement en raison d’événements liés au «rayonnement au niveau international» de la Ville. Lausanne, capitale olympique, future organisatrice des Jeux olympiques de la jeunesse mais aussi des championnats du monde de hockey sur glace, donne à Oscar Tosato l’occasion de voir du pays.

Séoul, Montréal, Jérusalem

Ce sont aussi l’Association internationale des maires francophones ou encore l’Union mondiale des villes olympiques qui font voyager les deux élus. Marseille, Montréal, Lima ou encore Séoul font partie des villes visitées en 2017. En 2016 (les chiffres ne sont pas communiqués pour cette année-là), il y a eu Rio de Janeiro, Copenhague, ou encore Quito. Cette année Buenos Aires, Pékin, Jérusalem et Grenoble sont notamment venues s’ajouter à la liste.

«Il est important que la Ville entretienne des relations avec le reste du monde, explique le syndic Grégoire Junod. Pour sa notoriété. Mais aussi pour l’échange, d’expériences. Il faut préciser que ces voyages sont souvent courts et qu’on ne fait pas que d’y échanger des politesses.»

Si c’est dans l’immense majorité des cas la Ville qui paie pour les transports, il arrive très souvent que l’hébergement soit pris en charge par un organisme. La Municipalité ne s’est en outre déplacée qu’une fois in incorpore pour un séjour. Elle s’est rendue à Zurich durant l’été 2017, et l’opération a coûté 3204 francs. Ils sont compris dans les 22'036 francs dévoilés.

À noter que trois voyages ont été faits sans que Lausanne ne débourse quoi que ce soit. À Bordeaux, le municipal de l’Énergie Jean-Yves Pidoux a été invité par EOS Holding SA. Oscar Tosato s’est, lui, rendu à Londres avec l’École hôtelière. Enfin, Grégoire Junod s’est rendu à Vienne avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne qui fêtait son anniversaire, indique l’élu.

Les autorités précisent en revanche qu’elles n’acceptent habituellement pas d’invitations de sociétés privées «dont l’activité serait de nature à compromettre l’indépendance et l’impartialité de la Municipalité». Celles-ci sont «rares», assure le syndic. en tout cas bien plus que les invitations publiques. «Nous en refusons énormément», conclut Grégoire Junod.

Créé: 21.11.2018, 14h32

Cadeaux plafonnés

La Municipalité de Lausanne décide de passer d'un usage à une directive en matière de cadeaux. Ainsi, s'il était établit qu'aucun cadeau d'une valeur supérieure à 300 fr. ne pouvait être accepté, cela figure désormais noir sur blanc dans les règlements. En cela, l’exécutif lausannois suit la démarche du Conseil d'Etat énoncée le 7 novembre dernier.

Cela vient compléter un article de la loi sur les communes qui interdit «l'acceptation de cadeaux ou d'avantages directement ou indirectement liés à l'exercice de leur fonction, à l'exception des gestes usuels et de faible valeur.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.