Le franc fort touche aussi les arts de la scène

Politique monétaireL’abolition du taux plancher fait souffrir les institutions culturelles qui s’exportent. Le PS lausannois demande des solutions à la Municipalité.

Vincent Baudriller, directeur de Vidy, s'attend à des pertes sur les cachets en euros de ses productions.

Vincent Baudriller, directeur de Vidy, s'attend à des pertes sur les cachets en euros de ses productions. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le choc financier que représente la nouvelle parité du franc suisse avec l’euro touche aussi les milieux du spectacle. «Parmi les secteurs concernés, le champ culturel est l’un des plus précaires», écrit Sarah Newman dans une interpellation déposée hier au Conseil communal de Lausanne, au nom du Parti socialiste. Pour l’élue PS, cette nouvelle situation monétaire nécessite une aide de la Ville à l’attention des spectacles créés à Lausanne, destinés à être présentés à l’étranger.

Le mécanisme est simple. Certaines troupes de danse ou de théâtre reçoivent des subventions qui les soutiennent dans la création d’œuvres. Mais les encouragements à faire tourner ces spectacles, en Suisse et à l’étranger, sont de plus en plus présents. Il en va du rayonnement culturel de la ville. Or, une troupe de danse lausannoise se produisant en France sera payée en euros alors que les salaires de la troupe sont versés en francs suisses. Le déséquilibre est là et le PS fait part de son inquiétude en demandant des mesures à la Ville.

Pour l’heure, un Fonds spécial pour risques de tournées existe dans le budget de Lausanne. Destiné en 1998 au Théâtre de Vidy, ce fonds, doté de 450'000 fr. à la fin de 2014, devrait à l’avenir s’ouvrir au Béjart Ballet Lausanne et à l’Ensemble Vocal de Lausanne. Ne reste plus aux élus qu’à entériner cette décision municipale. Et les autres institutions culturelles? L’interpellation déposée hier par le PS pose la question de l’ouverture de ce fonds spécial à d’autres encore. Ce qui nécessiterait d’approvisionner davantage ce compte.

Mardi, le Théâtre de Vidy affichait son inquiétude. Interrogé par l’ATS, le directeur Vincent Baudriller évoquait une «situation très problématique». «Nous sommes en train de calculer et de voir s’il faudra modifier la politique de l’institution», commente-t-il. A l’opposé, le Théâtre de l’Arsenic ne produit pas de spectacles. Sa directrice compte donc plutôt tirer avantage de la situation. «Nous avons encore quatre ou cinq productions de France au programme. Oui, on va y gagner, mais pas des sommes astronomiques», indique Sandrine Kuster.

Interpellé, le syndic, Daniel Brélaz, a rappelé la volatilité du marché monétaire. L’équilibre entre le franc et l’euro doit encore se trouver, estime-t-il. Aussi il n’envisage pas d’ouvrir le fonds spécial a d’autres acteurs culturels. «Mais la Municipalité est prête à étudier, sur dossier, le cas d’œuvres dont on a subventionné la création», dit le syndic. Selon l’interpellatrice, sept compagnies artistiques pourraient être concernées.

Créé: 20.01.2015, 16h14

Articles en relation

La consolidation des banques privées va s'accélérer

Finance L'abolition du taux plancher, décidée par la Banque nationale suisse (BNS), va accélérer la consolidation des banques privées en Suisse. Plus...

La décision de la BNS touche aussi Federer

Taux plancher La décision de la Banque nationale suisse d'abolir le taux plancher va se ressentir dans les poches du Bâlois. Plus...

Le Credit Suisse revoit ses prévisions de croissance

Politique monétaire Compte tenu de l'abandon par la Banque nationale du taux plancher, la banque a revu ses prévisions de croissance en Suisse à la baisse. Plus...

Les trois grands défis du chef de la BNS

Franc fort Analyse Thomas Jordan va devoir dès cette semaine colmater les brèches suite au tremblement de terre qu’il a initié avec la fin du taux plancher sur l'euro. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.