Passer au contenu principal

Politique monétaireLe franc fort touche aussi les arts de la scène

L’abolition du taux plancher fait souffrir les institutions culturelles qui s’exportent. Le PS lausannois demande des solutions à la Municipalité.

Vincent Baudriller, directeur de Vidy, s'attend à des pertes sur les cachets en euros de ses productions.
Vincent Baudriller, directeur de Vidy, s'attend à des pertes sur les cachets en euros de ses productions.
Vanessa Cardoso

Le choc financier que représente la nouvelle parité du franc suisse avec l’euro touche aussi les milieux du spectacle. «Parmi les secteurs concernés, le champ culturel est l’un des plus précaires», écrit Sarah Newman dans une interpellation déposée hier au Conseil communal de Lausanne, au nom du Parti socialiste. Pour l’élue PS, cette nouvelle situation monétaire nécessite une aide de la Ville à l’attention des spectacles créés à Lausanne, destinés à être présentés à l’étranger.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.