«Les freins de son camion ne répondaient plus»

LausanneLe voisinage est catégorique: le camion qui a secoué une bâtisse de la rue de la Mercerie était à l’arrêt juste avant l’accident.

Le poids lourd attendait son tour de livraison juste avant de s'écraser contre un immeuble.

Le poids lourd attendait son tour de livraison juste avant de s'écraser contre un immeuble. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le bruit du poids lourd s’arrêtant contre un mur de la rue de la Mercerie résonne encore dans les oreilles de Sophie Raquin. Elle était dans sa boutique lorsque l’accident est survenu à deux pas de son enseigne, mercredi matin. «Le chauffeur était choqué, je l’ai presque forcé à boire un verre d’eau», raconte-t-elle. Dans cette rue en pente, où les commerçants protestent contre le bal des camions de livraison, l’épisode suscite des questions.

Mais, pour la tenancière de l’Atelier des Gourmands, la chose est claire: un problème de freins est à l’origine de l’accident. «Mon livreur venait de passer et il a assisté à la scène, relate Sophie Raquin. Le chauffeur est sorti de son camion avec un extincteur (ndlr: le camion a défoncé une armoire électrique) et en disant que ses freins n’avaient pas répondu.» C’est que les camions, dont un bon nombre dessert le magasin Globus, au bas de la rue, ont pour habitude de faire la queue. «Celui de l’accident s’était arrêté pour attendre et c’est au moment de redémarrer qu’il est devenu incontrôlable», assure la commerçante.

La police confirme des traces d’un liquide sur la chaussée, sans en préciser la nature. Mais il ne s’agit pas de celui des freins, comme on a pu le dire. En effet, les camions fonctionnent en général avec des freins pneumatiques. Un mécanicien sur camion d’un garage de Rennaz nous renseigne: «C’est l’air sous pression qui maintient les freins ouverts donc, s’il y a une fuite, ils vont se bloquer, explique-t-il. Je n’ai jamais vu de freins pneumatiques qui ne freinent pas en cas de problème.»

Le chauffeur aurait-il alors commis une erreur? C’est ce que devra déterminer l’enquête. Pour l’heure, le procureur de service n’est pas en mesure d’en dire plus, si ce n’est qu’une expertise du véhicule a été ordonnée. (24 heures)

Créé: 06.06.2019, 18h33

Articles en relation

En s’encastrant dans un mur, le chauffeur du camion a peut-être sauvé des vies

Incident Un véhicule de livraison a percuté mercredi le mur d’une maison, vraisemblablement pour ne pas dévaler la Mercerie, à Lausanne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.