Les futurs papas ont partagé leurs joies, leurs interrogations et leurs craintes

PaternitéProfa et MenCare ont proposé pour la première fois à Renens un atelier pour les futurs pères.

L’animateur Gilles Crettenand (à g.) avec Adrien et Daniele, deux participants à l’atelier pour futurs papas.

L’animateur Gilles Crettenand (à g.) avec Adrien et Daniele, deux participants à l’atelier pour futurs papas. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C’est quand même étonnant de voir qu’on peut aborder avec des inconnus des sujets dont on n’aurait jamais parlé avec ses potes.» Adrien a participé jeudi soir à Renens à la première édition de l’atelier-rencontre gratuit «Waouh, je vais devenir papa!»

Avec d’autres futurs pères, il constituait un petit groupe qui ne se connaissait pas avant de se rendre à cette double réunion proposée par les fondations Profa et MenCare Suisse. Mais le bouleversement qu’ils s’apprêtent à vivre les a rapidement rapprochés. «La grossesse de ma femme n’était pas vraiment attendue, explique ainsi Amir (prénom d’emprunt), qui deviendra papa pour la première fois au début de l’an prochain. Du coup, ça m’a été très utile de pouvoir me confronter à d’autres futurs pères et de recevoir des infos très transversales avec beaucoup de bienveillance et de respect.»

«De plus en plus d’hommes qui veulent avoir une vraie relation avec leurs enfants»

Gilles Crettenand, animateur

Fonctionnement du couple, accouchement, sexualité, manque de sommeil ou congé paternité, tous les thèmes sont abordés en un peu plus de quatre heures. De quoi apporter, pour Daniele, «peu de réponses concrètes, mais beaucoup de pistes et de chouettes outils pour que ça se passe bien».

Coordinateur MenCare Suisse romande et animateur de l’atelier, Gilles Crettenand mesure l’évolution des mœurs: «On voit de plus en plus d’hommes qui veulent s’impliquer et avoir une vraie relation avec leur enfant. Mais il reste du chemin à parcourir: une étude a par exemple montré qu’aujourd’hui encore à peine 5% des pères s’occupent de la santé de leurs enfants, alors qu’ils sont autant capables de s’en occuper que leur conjointe.» À noter qu’un atelier «Waouh, je vais devenir maman!» est aussi proposé.

Créé: 10.11.2019, 19h06

Infos sur www.profa.ch

Voir aussi www.maenner.ch

Articles en relation

«Payer des congés gratuits à quelques papas? Non!»

Assurance sociale Un comité interpartis lance un référendum contre le congé paternité de 2 semaines jugé «coûteux et bureaucratique» Plus...

Remplacer un cours de répèt’ par le congé paternité?

L'invité Samuel Bendahan fait une proposition qui ne coûterait rien aux entreprises. Plus...

Le congé paternité, une option rétrograde?

L'invité René Knüsel réagit à la récente approbation par les Chambres d'un congé pour les nouveaux pères. Plus...

39% des Suisses réclament quatre semaines de congé

Congé paternité Un sondage commandé par l'association pour «Le congé paternité maintenant!» montre les préférences des Suisses. Plus...

«Sans congé paternité, familles et enfants trinquent»

Société Deux ou quatre semaines de congé pour les pères? Le National en débat ce mercredi. Certains patrons n’ont pas attendu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.