Un garde-bains de Pully licencié sur-le-champ

RacismeSon profil Facebook regorge de propos racistes et violents. Il a été remercié.

Image: Verissimo Valdemar

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Municipale en charge des Domaines, gérances et sports, Lydia Masmejan est consternée: «J’ai encore vérifié vendredi dernier et plus rien ne figurait sur Facebook, assure-t-elle. C’est profondément choquant de voir qu’il a récidivé et ce qu’on lit dans son profil fait froid dans le dos.» Suspendu il y a une dizaine de jours de son poste de garde-bains à la piscine de Pully pour avoir tenu, sur Facebook, des propos racistes et avoir insulté une internaute qui réagissait, l’homme a fait bien plus que récidiver pendant le week-end.

R.*, au bénéfice d’un contrat saisonnier depuis deux ans, a en effet réactivé son profil Facebook en le rendant, de surcroît, accessible à tous. Alertée lundi par 24 heures, Lydia Masmejan a ainsi pu découvrir, ulcérée, la hauteur de vues du garde-bains auxiliaire âgé de 33 ans. «Je suis un immigrant: j’ai tué 400 personnes à la machette dans mon pays et je suis maintenant à l’aide sociale en Angleterre», peut-on lire sur une affiche, qu’il commente de la manière suivante: «Encore un criminel à la charge des Européens.» «Les islamistes continuent les massacres! Avec la bénédiction des USA et de l’oligarchie européenne», assène par ailleurs le détenteur du profil, en ajoutant: «Anti-merde d’étrangers. Kill the secondos.» «Les socialistes détruisent ma ville», écrit encore l’homme, qui s’affiche avec des Ray-Ban rouges sur le nez et un pistolet au poing, en s’emportant: «Putain d’Frouzes, c’qu’ils m’énervent, rentrez dans votre pays de cons et tirez-vous une balle.»

«Je vous avoue que ça m’a fait peur, dit Lydia Masmejan. Nous l’avons donc convoqué et nous l’avons licencié sur-le-champ ce lundi. Après quoi, nous allons signaler l’existence de son profil Facebook à la police, même si je ne sais pas ce qu’elle peut faire.»

Spécialiste des réseaux sociaux, l’avocat Nicolas Capt estime à première vue qu’au moins deux infractions pénales pourraient être retenues contre le profil Facebook de R.: la provocation publique au crime et à la violence ainsi que la discrimination raciale.

A cet égard, il rappelle qu’une simple dénonciation suffit pour qu’une instruction soit ouverte.

* Nom connu de la rédaction

Créé: 28.07.2015, 07h01

Articles en relation

Un garde-bain suspendu à la piscine de Pully

Remous L’employé auxiliaire a tenu des propos racistes sur Facebook. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.