Passer au contenu principal

Garder sa vieille bagnole pour polluer moins

La Semaine de la mobilité commence par des conférences de Lucien Willemin, qui rappellera le coût de l’énergie grise.

Conférencier depuis une vingtaine d'années, Lucien Willemin est aussi le fondateur du mouvement des chaussures rouges.
Conférencier depuis une vingtaine d'années, Lucien Willemin est aussi le fondateur du mouvement des chaussures rouges.
Jean-Paul Guinnard - archives

À la fin de l’été vient traditionnellement le rendez-vous de la Semaine de la mobilité. Avec elle, la possibilité de tester toutes sortes de véhicules alternatifs, du vélo à la voiture électrique. Mais la Commune du Mont-sur-Lausanne pousse le bouchon plus loin en invitant l’auteur et conférencier écologiste Lucien Willemin. À contre-courant des politiques prônées par les Villes, qui pensent à limiter les émissions de CO2, il propose de conserver son ancien véhicule plutôt que de céder à l’achat d’un nouveau. Car la fabrication d’une nouvelle auto pollue bien davantage.

Les élèves montains découvriront avec le conférencier, les 18 et 19 septembre, que la consommation a un coût en matière d’environnement. «Je vais leur expliquer l’énergie grise au travers d’un voyage autour du monde pour qu’ils puissent bien comprendre ce que représente la fabrication d’un objet tel qu’un téléphone portable», dit Lucien Willemin.

C’est aux adultes que le quarantenaire expliquera pourquoi l’achat d’une voiture électrique flambant neuve ne résout rien en matière d’écologie, bien au contraire. «Une voiture est composée de centaines de milliers de pièces qui ont déjà parcouru bien des kilomètres avant même qu’elle ne se mette à rouler», souligne-t-il. Mais Lucien Willemin ne s’arrête pas au coût énergétique de production, d’utilisation et d’élimination d’un bien, la fameuse énergie grise. «Je parle aussi de la pollution chimique de l’air, de l’eau et des sols qu’induit la fabrication d’une voiture. Et, contrairement aux émissions de CO2, ces rejets de substances toxiques dans l’environnement ne peuvent pas être compensés.» Pour le conférencier, la fabrication de tels objets «empoisonne le vivant». «Dès lors, il est plus écologique de garder sa vieille voiture plutôt que d’en acheter une neuve», conclut-il.

Le reste de cette Semaine de la mobilité sera animé par divers événements au Mont-sur-Lausanne, dont une journée tout public le samedi.

----------

Semaine de la mobilité Jeudi: conférence «Changer de voiture pour le climat, vraiment?» à 20 h à l’aula du Mottier B. Entrée libre. Vendredi, journée internationale À pied à l’école. Samedi, journée tous publics, 10-15 h au Mottier, avec un rallye pédestre, des stands d’information et divers ateliers

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.