La gauche veut des autocollants antipub pour tous

ConsommationLa Municipalité lausannoise devra réfléchir à l'envoi massif d'autocollants pour boîtes aux lettres. De l'assistanat d'après la droite.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un peu d’air pour les boîtes aux lettres lausannoises. Alors qu’une enquête de la Fédération romande des consommateurs (FRC) indiquait mardi qu’un ménage suisse reçoit entre 36 et 60 kilos de publicité par année («24 heures» du 9 mai) , le Conseil communal se penchait le soir même sur un postulat visant à favoriser les mesures antipub. Signé des conseillers Joosten (PS), Hubler (EàG) et Rossi (Les Verts), le texte demande à la Ville d’envoyer gratuitement aux ménages des autocollants «pas de publicité, pas de presse gratuite» et de les informer sur la manière d’échapper aux envois adressés et aux journaux gratuits, en s’inscrivant par exemple sur la liste Robinson. En plus de lutter contre le matraquage publicitaire, la gauche entend ainsi diminuer l’impact écologique engendré.

Une proposition qui fait bondir la droite, convaincue que les Lausannois sont suffisamment matures pour refuser seuls les envois indésirables. Dans les rangs bourgeois, on considère que l’«assistanat» le dispute ici au «gaspillage de temps et d’argent».

«Et puis la pub sert aussi à prospecter des clients, donc à payer des salaires, des charges sociales et des impôts», ajoute le PLR Mathieu Maillard. Argument appuyé par l’UDC Jean-Luc Chollet, pour qui il convient de «ne pas uniquement compter en tonnes de papier mais aussi en emplois et en vie économique». Et de questionner: «Que serait une société sans publicité? Une société sans biens de consommation, y compris les biens de première nécessité.»

A la gauche de la gauche, Alain Hubler s’interroge sur un argument de la Municipalité qui défend «la matière la mieux valorisée de la ville», puisque le vieux papier est repris à 45 francs la tonne et que son taux de recyclage est supérieur à 90%. «Est-ce que la Ville voit d’un bon œil ce système, puisque la revente du papier a un côté intéressant pour ses finances?» demande l’élu. La municipale Florence Germond répond qu’elle ne compte pas assainir les finances en recyclant du papier et que la Ville ne fait pas de bénéfice via ce processus.

La Municipalité devra néanmoins se pencher sur les propositions émises puisque le postulat lui est renvoyé .

Créé: 10.05.2017, 13h16

Articles en relation

Les foyers croulent sous la masse de pub non désirée

Suisse Les boîtes aux lettres munies d'un autocollant pas de publicité ne suffisent pas à stopper l'élan massif de distribution intempestive. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.